Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Rugby-JIOI: bras de fer entre Madagascar et Maurice

Rugby-JIOI: bras de fer entre Madagascar et Maurice

Maurice a décidé de supprimer la catégorie féminine au programme des JIOI. Les fédérations malgache et réunionnaise balaient d’un revers de main cette décision unilatérale.

Entre Madagascar et Maurice, le courant ne passe plus ! En fait, Maurice, pays hôte des Jeux des îles de l’océan Indien de cette année, a pris une mesure radicale en mettant sur la touche le rugby féminin. Les rugbywomen seront quand même de la partie mais en tant que figurantes pour le besoin d’une démonstration.

«Nous, Madagascar et La Réunion, nous n’acceptons pas cette décision. Pourquoi les équipes masculines seront-elles au rendez-vous des compétitions ? Et pourquoi la catégorie féminine sera-t-elle à l’affiche des démonstrations ?», s’est interrogé le président du Malagasy Rugby, Marcel Rakotomalala.

Le calcul du pays hôte est simple. Afin d’alléger les dépenses, notamment relatives à l’hébergement, l’île Maurice a changé la compétition en démonstration. Car seuls, les athlètes en quête des médailles seront pris en charge par le pays hôte.

«Ils ne prendront pas en charge les joueuses. Si nous voulons qu’elles participent aux JIOI, nous devrons assurer toutes leurs dépenses. La condition sera la même pour les autres pays qui veulent envoyer leurs athlètes», a-t-il ajouté.

En fait, cette décision a été prise depuis le début. Maurice n’a jamais caché son intention de réduire l’effectif des athlètes. Et le sort s’est acharné sur le rugby féminin.

«D’après eux, il s’agit d’une difficulté liée aux infrastructures. Les délégations veulent être hébergées dans des hôtels luxueux. Or, les Mauriciens ont fait savoir qu’ils n’ont pas les moyens. Mais c’est inacceptable. Pourquoi notre discipline mais pas une autre ? Pourquoi pas le foot par exemple ?», a-t-il ajouté.

Ainsi, les fédérations malgache et réunionnaise manifestent leur refus catégorique et interpellent  l’île Maurice pour qu’elle revienne sur sa décision. «De plus, nos joueuses s’entraînent déjà à fond. Leur entraînement n’a jamais pris une pause jusqu’à présent. Donc, elles sont prêtes pour cette compétition», a-t-il conclu.

Sendra Rabearimanana

 

Les commentaires sont fermées.