Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

En marche…

En marche…

Du sang et des larmes. C’est ce que le Premier ministre britannique Winston Churchill a évoqué, le 13 mai 1940, dans son premier discours devant la Chambre des communes, après sa nomination au poste de Premier ministre du Royaume-Uni durant la Seconde Guerre mondiale. Certes dans un contexte et d’une nation différente, telle que la nôtre aujourd’hui, il serait hasardeux  de promettre ces deux notions à l’endroit du peuple malgache. Cependant, tout porte à croire que cela va tanguer dans les jours et  mois à venir au pays du « moramora ». Le nouveau président de la République avait annoncé la couleur, samedi dernier à Mahamasina.

Désormais, il n’y a plus de place au laxisme, à la corruption, au détournement des biens publics ni moins aux laisser-aller, en passant par les divers abus des autorités politiques tout comme ceux des forces de l’ordre. Enfin, de quelques-unes d’entre elles. Tellement, les Malgaches sont habitués à des dérives de la part des responsables étatiques pour arriver à se douter de ce genre de promesse. A titre d’illustration, plusieurs affaires de détournement de biens publics et de corruption de haut niveau ont éclaboussé des ténors de l’ « ancien » régime, mais rares sont les responsables qui ont été sanctionnés.

Seuls ceux qui ont une courte mémoire ne peuvent pas se rappeler de l’affaire « faux » permis de conduire et carte grise biométrique, qui a provoqué un tollé général auprès de l’opinion. Sauf que les principaux initiateurs de cette affaire circulent librement comme si de rien n’était. En matière d’abus des proches des hauts gradés, tout le monde se rappelle encore des deux fils d’un général, responsable de sécurité auprès de la Primature, qui avaient battu à mort un avocat à Antanimena. Ce sont, entre autres, des genres de pratique que le nouveau régime devra, désormais, bannir au quotidien.

Ceci dit, l’attente de la population semble tellement  immense et le régime n’a pas droit à l’erreur.  Dans cette optique, la concrétisation des engagements durant la campagne électorale devrait se faire dans l’accélération des réformes et des prises de décision. Comme c’est le cas depuis quelques temps. Et tant pis pour ceux qui ne pourront pas suivre le train, ou le TGV, c’est selon, … en marche.

J.P

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique