Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Corruption: Mbola Rajaonah et Claudine R. bientôt face à la justice

Corruption: Mbola Rajaonah et Claudine R. bientôt face à la justice

Des «gros poissons» ou «gros bonnets», seront prochainement traduits en justice. Parmi eux figurent Claudine Razaimamonjy et Mbola Rajaonah.

«Nous aurions dû envoyer les dossiers depuis le 15 décembre dernier, mais cela n’a pas été possible à cause des vacances judiciaires», a indiqué le DG du Bianco, Jean-Louis Andriamifidy hier, à Anosy en marge d’un atelier sur la décentralisation et la corruption.

D’après lui, les enquêtes sur les affaires sensibles sont plus ou moins toutes déjà achevées et devraient être envoyées, auprès du Pôle anti-corruption (Pac), prochainement. Des hauts fonctionnaires et opérateurs trempés dans des affaires de corruption, comme Mbola Rajaonah et Claudine Razaimamonjy seront ainsi appelés à la barre. Cette dernière étant accusée d’une affaire différente de celles déjà envoyées auprès du Pac.

Jean-Louis Andriamifidy a expliqué que les dossiers pourraient être envoyés cette semaine ou vers le début de la semaine prochaine, selon l’évolution des enquêtes.

Confusion

A travers cette déclaration, le numéro un du Bianco a tenu à préciser que son organe ne fait aucune distinction quant à la manière de traiter les dossiers et n’interfère aucunement dans les affaires politiques. «Nous traitons tous les dossiers que nous recevons, mais certains confondent le respect de la loi et la politique», a-t-il soutenu.

Dans tous les cas, Jean-Louis Andriamifidy a expliqué que le Bianco n’est pas en charge des poursuites, mais se limite uniquement aux enquêtes. «Nous collaborons étroitement avec les magistrats du Pac pour plus de coordination dans le travail», a-t-il fait savoir.

De ce fait, cinq grands dossiers seront bientôt transférés auprès du Pac, notamment des détournements de fonds par des hauts fonctionnaires ou encore suspicion de corruption lors du dernier concours d’entrée à l’ENMG, impliquant plusieurs responsables dont ceux du Trésor public.

 

T.N

Les commentaires sont fermées.