Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Question de laïcité et de religion

Question de laïcité et de religion

La procédure arrêtée pour la cérémonie d’investiture officielle du nouveau Président de la République occupe certains esprits depuis sa publication.

Des détracteurs politiques du vainqueur de l’élection présidentielle tentent de le dénigrer, par le biais du mode adopté par les organisateurs de l’événement, en soulevant des faux problèmes liés à la dissociation des affaires de l’Etat avec celles de la religion. Polémiques stériles et mal placés en tout cas, si l’on se refère strictement aux dispositions de la Constitution définissant le statut laïc de l’Etat malgache.

Appuyant cette nouvelle initiative sur l’organisation de l’investiture, l’administrateur civil Paolo Solonavalona a mis l’accent sur plusieurs points relatifs à la définition de l’Etat laïc en tant que cadre du ministère de l’Intérieur. Toute exigence liée à la mise en pratique des prestations de serment combinées à la Bible est erronée et n’a aucune raison d’être, d’après ses explications, puisque l’uniformité religieuse étant anticonstitutionnelle, les deux centaines de communautés religieuses existant légalement au pays doivent avoir voix à la cérémonie pour faire valoir leur droit. L’omission de toute forme de religion dans les cérémonies officielles, marquera alors la démocratie mettant toutes les religions et leurs adeptes sur un même piédestal, a conclu ce technicien.

Les investitures officielles et serments agrémentés de services religieux d’antan n’auraient été que blasphème, si l’on tient compte des résultats des cérémonies qui n’ont eu de sacré que l’aspect de façade.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.