Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: chambre consultative de Majunga

Vente des biens allemands. — M. Barriquand expose la question telle qu’elle a déjà été traitée dans diverses réunions précédentes et demande au Gouverneur Général d’en hâter la solution.

M. Blanchard et Vuillerme font part des craintes qu’a le commerce dans le maintien d’une situation anormale, du fait que la plupart des maisons indiennes travaillent encore sur le crédit allemand.

La discussion porte ensuite sur la question des réquisitions et des bénéfices illicites.

Le Gouverneur Général assure à l’Assemblée que les marchandises allemandes, lorsqu’elles seront vendues, le seront avec des garanties telles que le commerce de la place n’aura à craindre et à supporter aucun effet de concurrence.

Le Gouverneur Général expose le devoir du Gouvernement à mettre à la portée de tous les deux matières : riz et tissus. Le riz a déjà été réquisitionné pour empêcher un désastre par suite de la spéculation, il en sera de même pour les tissus aussi nécessaires que le riz, si les prix pratiqués continuaient à aller en progressant.

Le Gouverneur Général fait part de sa résolution à arrêter d’une façon énergique les tendances exagérées à la spéculation et à frapper avec toute la rigueur des lois ceux qui abuseraient d’une situation tout exceptionnelle, allant jusqu’à exploiter des sinistres pour retirer des bénéfices disproportionnés sur des marchandises qu’ils possédaient depuis longtemps. En résumé, la question de la réalisation des biens allemands dépend du Parquet Général. Le chef de la Colonie estime que la meilleure solution de la question serait dans ce que ce soit l’Administration elle-même qui en fasse l’acquisition pour les mettre à la portée de tous aux prix les plus bas,

Statut indien. – M. Barriquand expose à nouveau qu’il existe ici une question indienne, plus que partout ailleurs, et demande à ce qu’il soit étudié un statut indien. Après discussion, M. le Gouverneur Général pense que ce projet est délicat à résoudre, et qu’on ne supprimerait quelques difficultés que pour en faire surgir de nouvelles plus importantes.

 

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.