Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Concert classique de midi: Hiraitra à la quintessence de son art

Concert classique de midi: Hiraitra à la quintessence de son art

L’ensemble vocal Hiraitra a dévoilé hier toute l’étendue de son art lors du 97e Concert classique de midi à l’IFM Analakely. « Aida » est un spectacle pharaonique.

Décidemment, l’ensemble vocal Hiraitra a démarré en fanfare la saison de la musique classique, en donnant vie à la pièce «Aida» de Giuseppe Verdi. Une occasion de rendre un bel hommage à l’un des compositeurs d’opéra italien les plus influents du XIXe siècle.

Sous la direction de Dominique Rakotonirina, ils étaient une bonne trentaine de concertistes sur les planches de l’IFM à interpréter un extrait de cet opéra. L’intrigue nous propose une immersion au cœur de l’Egypte des pharaons, époque où «le général égyptien Radamès et l’esclave Aïda, fille du roi d’Ethiopie, s’aiment en dépit des conflits politiques qui déchirent leurs pays. La guerre éclate et Radamès victorieux se voit offrir la main de la fille du roi d’Egypte, Amneris. Le choix s’offre à lui : trahir son pays ou trahir son amour…»

Le public de Madagascar Mozarteum a eu le privilège d’apprécier trois des grandes voix de la musique classique malgache, à savoir Natacha Rajemison qui a interprété Aïda, Fitah Rasendrahasina dans la peau de Radamès et Rindra Rajeriarison incarnant Amneris.

«Mettre sur pied ce drame a été pour nous un véritable challenge, d’autant que le compositeur lui-même a effectué un travail laborieux dans sa réalisation», a reconnu Natacha Rajemison, en marge de sa prestation. Quoi qu’il en soit, force est d’admettre que le décor et les costumes en disent autant que la musique, grâce notamment à toute une chaîne de passionnés de l’opéra et de la culture en coulisse.

Fort du succès de cette première prestation, Madagascar Mozarteum ambitionne de refaire ce concert, cette fois-ci, au grand bonheur du public estudiantin.

Joachin Michaël

 

Les commentaires sont fermées.