Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Vanille de Madagascar: Maillon fort de l’industrie mondiale

Vanille de Madagascar: Maillon fort de l’industrie mondiale

Crédit photo: www.davidvanille.com

L’industrie mondiale de la vanille dépend encore beaucoup de Madagascar et de ses instabilités. Selon Aust & Hachmann Canada, la qualité de la récolte 2018 est très bonne. Ce qui permet d’amorcer une sortie de crise sur le marché mondial.

La campagne de la vanille 2018-2019 s’est déroulée à Madagascar en octobre dernier avec une note optimiste, en particulier pour le marché mondial.

«On pourrait dire que la récolte de vanille à Madagascar, en 2018, marque le début de la fin de la crise mondiale de la vanille, qui s’est emparée du marché ces deux ou trois dernières années. Les prix ont baissé modestement et la qualité s’est considérablement améliorée par rapport à 2017», rapporte Aust & Hachmann Canada, l’un des principaux marchands de vanille du monde, dans sa mise à jour sur le marché mondial de la gousse, publiée en novembre dernier, et intitulée «Vanilla Market Update».

En fait, la demande croissante en gousses de vanille récoltées prématurément alimente la crise. En juillet 2018, des centaines de tonnes de gousses de vanille vertes ont été achetées par les principaux fabricants d’arômes et de parfums (très souvent à des prix dérisoires). Par ailleurs, les prix extrêmement élevés enregistrés sur le marché des gousses vertes, en juillet dernier, ont servi de référence.

Pour le moment, malgré le niveau historiquement haut des prix, les autres pays producteurs de vanille traditionnelle n’ont pas été en mesure de se positionner comme de sérieux concurrents de Madagascar (en termes de volume et de qualité).

Les perspectives

Les perspectives de ce négociant en vanille du monde font état d’une culture en grande partie mature et d’une augmentation significative des rendements en vanilline par rapport à la saison dernière. De nombreux facteurs ont contribué au retournement de la situation. La tendance va-t-elle continuer ? Telle est la question.

Selon les analyses de la compagnie canadienne, «(…) Les acheteurs qui se rendent compte que le marché évolue n’ont pas préfinancé la récolte de 2018, pas plus que dans l’étendue de 2017. La demande de vanille rapidement séchée a considérablement diminué. Cela a été une énorme source de pression sur la campagne de la vanille verte en 2017».

 «Enfin, la monnaie malgache est à son plus bas niveau par rapport au dollar américain, ce qui contribue à maintenir la stabilité des prix de la vanille», indique le rapport d’Aust & Hachmann.

 

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.