Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Silence,  on tourne

Silence,  on tourne

L’approche de la journée d’investiture sonne le remue-ménage dans les coulisses politiques jusque dans les rangs des opposants.

L’effervescence est à son summum, particulièrement pour les postulants aux postes de responsabilité, obligés de se démarquer pour émerger du lot des communs des partisans actuellement. Déclarations et actions s’enchaînent pour écumer les médias, dans cette optique, sans savoir que les dés auraient déjà été jetés. Cette frange  d’intéressés a toujours formé le gros du peloton dans les couloirs des pouvoirs successifs, favorisant l’instabilité par leur fameuse théorie de la «géométrie variable», terme politique appropriée à notre terre des merveilles.

Mais, fait surprenant, le branle-bas s’aperçoit aussi sur l’autre rive où les barons enfourchent leur cheval de bataille, non pour un quelconque combat mais pour une «course aux fauteuils» dans le camp adverse. Une convention tacite sur l’attribution de quotas au camp de l’opposition est mise en exergue par les intéressés qui, à défaut de faveur, sont prêts aux transfuges, en tournant le dos  pour attraper la machine en marche.

La situation se repecute négativement dans la pratique politique locale, malheureusement, dans l’un ou l’autre cas. L’intérêt personnel semble dicter le choix politique de certaines personnalités assoifées de pouvoir. Un changement radical est certainement en train de se préparer en sourdine pour remettre de l’ordre dans ce charivari politique sans nom, instauré depuis des années au pays.

Manou

 

 

Les commentaires sont fermées.