Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Plaine d’Antananarivo: moisson du «vary aloha»

Plaine d’Antananarivo: moisson du «vary aloha»

Face à la montée des eaux, à cause des intempéries survenues ces derniers jours, risquant de réduire à néant la récolte, des riziculteurs de la plaine d’Antananarivo font depuis le weekend la moisson du «vary aloha» ou riz de la première saison, en l’occurrence ceux qui ont eu la chance d’avoir leur riz mûri à temps.

«La récolte a été bonne avec un rendement d’une charrette la rizière d’une Ketsambavy, à peu près 8 ares donnent 400 kg de paddy», a témoigné un riziculteur de la plaine de Fenoarivo. Selon ses dires, «C’est le résultat d’une bonne irrigation et d’une température assez élevée».

Toutefois, tout le monde n’a pas pu avoir cette chance, à cause de la baisse du niveau de la rivière d’irrigation, à l’instar de l’Ikopa, de Mamba ou de la Sisaony. A cela s’ajoute aussi l’insuffisance de la pluie après les repiquages. En effet, le riz est encore au stade de jeunes pousses dans certaines rizières.

«Avec le temps qui prévaut actuellement, on peut dire qu’il n’y a plus de saison pour la culture du riz, car cela dépend uniquement de la pluie et sa durée», a déploré un riziculteur.

La main- d’œuvre agricole en hausse

Du fait de cette ruée, la main-d’œuvre agricole, ou «sarak’antsaha», est partie brusquement à la hausse à cause du restreint de l’offre par rapport à la demande. Cela allant de 6 à 7.000 ariary la journée, contre 5.000 ariary en temps normal.

Une situation qui donne du tournis aux riziculteurs. En effet, il faut également prendre en compte le coût du transport des gerbes jusqu’au grenier et aussi celui de la décortication du riz.

Sera R.

 

 

Les commentaires sont fermées.