Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: les cuirs de Madagascar (2)

(Suite et fin.)

Ainsi, un de nos compatriotes de là-bas, de passage à Paris, nous assurait qu’il aurait été préférable de traiter de gré à gré avec les exportateurs et à des prix suffisants pour l’indigène qui, aujourd’hui, doit compter ; la guerre a été sa grande éducatrice.

Des tractations raisonnables eussent incité le Malgache à développer sa production et à rechercher une bonne préparation. L’intendance supportait ipso facto des dépenses moindres (ici : intendance signifie : contribuable) que celles des achats de cuirs à l’étranger. Oui, mais alors, vous me rétorquerez que la mission Desmarets n’avait plus sa raison d’être.

Ma foi, nous n’aurions pas osé avancer une chose pareille, et il nous est agréable que vous l’ayez dite vous-même.

En même temps que l’Administration ménageait nos deniers, on n’aurait pas vu tant de cuirs pourrir dans les entrepôts.

Après ça, vous me direz qu’on a bien vu le blé pourrir par montagnes dans les ports d’Algérie. Mon Dieu oui, et même dans les ports de la métropole.

Heureusement que la guerre est finie !

G.B.

Un mouvement administratif à Madagascar

On dit qu’un mouvement administratif était en préparation depuis un certain temps déjà au gouvernement général de la Grande Île lors du départ du courrier.

On prêterait à M. Schrameck l’intention de débarrasser la colonie de « notables non-valeurs » et les bureaux du gouvernement général lui-même de braves gens depuis longtemps fatigués, mais qui n’envisagent qu’avec répugnance l’idée d’être mis à la retraite.

Le Courrier colonial

Les cotonnades

On dit que des nouvelles reçues ces jours derniers ont annoncé une baisse de 75 % sur les tissus de coton anglais. De grosses commandes auraient été passées par des maisons créoles de la Place de St-Denis.

La chaleur à Tamatave

La pluie qui est tombée dans la nuit de lundi dernier a sensiblement rafraîchi la température. Malgré cela, il y avait hier soir 33° dans le local des colis postaux. Ce qu’il y a de plus pénible dans ce local, c’est le manque d’air. Aussi le public est-il toujours pressé d’en sortir et accuse les employés lorsqu’il y a encombrement des clients.

 

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.