Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Investiture – Laïcité de l’état; FFKM: Déclaration attendue ce jour

Investiture – Laïcité de l’état; FFKM: Déclaration attendue ce jour

La polémique continue autour de la laïcité de l’Etat et particulièrement sur le fait que le Bible ne sera pas utilisée lors de la cérémonie d’investiture, prévue ce samedi prochain à Mahamasina. Pour sa part, le Conseil œcuménique des églises chrétiennes (FFKM) tiendra sa réunion hebdomadaire ce jour et sa déclaration est très attendue.

Une réunion hebdomadaire du FFKM et de ses branches se tiendra ce jour dans la capitale et le principe de la laïcité de l’Etat pourrait être abordé. Néanmoins, certains membres ont déjà leurs mots à dire sur le sujet et pourraient les signifier aux chefs d’églises durant cette session.

«Nous avons notre opinion à propos de cette cérémonie d’investiture et nous pensons l’exposer devant les membres», a indiqué une source, auprès de l’entité, joint au téléphone hier.

Si le sujet est abordé, une déclaration devrait être entendue dans les prochains jours. Néanmoins, comme à chaque cérémonie officielle et particulièrement lors de l’investiture du nouveau président de la République, les membres du FFKM sont toujours conviés.

Dans tous les cas, ce sujet continue d’alimenter les débats sur les réseaux sociaux et à faire couler beaucoup d’encre dans les médias. Dans ce sens, plus d’un appelle le FFKM à s’exprimer. Les réactions des chefs d’Eglise sont ainsi très attendues.

Laïcité de l’Etat

En effet, comme l’a indiqué le président de la Haute cour constitutionnelle (HCC), Jean-Eric Rakotoarisoa, il n’y aura ni bible ni messe lors de la cérémonie d’investiture dans le dessein de respecter le principe de la laïcité de l’Etat. Une décision prise, compte tenu des dispositions de la Constitution sur la laïcité de l’Etat.

En effet, «La laïcité de la République repose sur le principe de la séparation des affaires de l’Etat et des institutions religieuses et de leurs représentants. L’Etat et les institutions religieuses s’interdisent toute immixtion dans leurs domaines respectifs», dispose l’article 2 dudit texte.

Un millier d’invités sont attendus ce samedi à Mahamasina, notamment les membres du gouvernement, des personnalités diplomatiques et divers responsables étatiques, y compris les représentants des églises.

Tahina Navalona

 

 

Les commentaires sont fermées.