Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Sans Etat d’âme

Sans Etat d’âme

C’est clair, à écouter l’opinion publique, à entendre la « popu…las » et même à sonder la majorité silencieuse, les Malgaches attendent beaucoup du nouveau président  de la République. L’espoir renaît, d’autant que les partenaires techniques financiers et les grandes puissances mondiales sont prêts à accompagner le pays vers une réelle émergence et le développement espéré.

Pour l’instance internationale, Madagascar a franchi un grand pas, considéré comme une référence au niveau du continent africain, en matière de démocratie et dans ce sens, a la capacité d’entreprendre une croissance économique qui aura des impacts palpables sur la population. Il n’y a pas photo, la Grande île a obtenu un bon point face aux autres pays d’Afrique.

Un satisfecit même car ce n’est pas tous les jours que l’Union Africaine, l’Union européenne, la Sadc, la Commission de l’océan Indien (COI) et les Nations unies ont assisté à des élections crédibles, dont les résultats sont acceptés par tous.

En misant sur Andry Rajoelina, tout le monde veut effacer cette image d’Epinal d’un pays reconnu comme le plus riche au monde, mais classé parmi les plus pauvres de la planète.  Sous cette optique, les travaux qui attendent, sont immenses. Des défis de taille que seules des personnes, pas seulement capables, compétentes, chevronnées, mais surtout intègres, incorruptibles et conscientes des attentes réelles de la population, peuvent relever, en parlant des ministres qui vont composer le nouveau gouvernement.

Andry Rajoelina est déterminé à changer la donne. Et les nouveaux ministres doivent partager cette même conviction. Les opportunistes défaillants qui ne pensent qu’à leur intérêt, tout en abusant de son pouvoir, mettront à coup sûr en danger ce nouveau régime. Et ce ne sont pas les mauvais exemples en la matière qui manquent, surtout du temps du régime HVM.

Des ministres ou des hauts commis de l’Etat qui ne sont pas à la hauteur des enjeux et pire encore qui, quelques mois à peine de  leur prise de fonction sont déjà au cœur d’un scandale, ne feront pas l’affaire. Et sans Etat d’âme quand on cherche  un homme qu’il faut à la place qu’il faut, car l’image de la République est en jeu et notamment celle du nouveau président.

Andry Rabeson

 

Les commentaires sont fermées.