Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Législatives: le scrutin uninominal adopté

Législatives: le scrutin uninominal adopté

Après la présidentielle, les yeux se tournent actuellement vers les législatives. Contrairement aux élections de 2014, le pays optera pour le mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour.

L’article 4 alinéa premier de la loi organique n° 07/2018 du 21 février 2018, relatif à l’élection des députés à l’Assemblée nationale stipule: «Les députés sont élus au suffrage universel direct au scrutin uninominal majoritaire à un (1) tour». Cela, contrairement aux législatives précédentes où l’on procédait au scrutin de liste majoritaire, notamment en votant pour une liste où le nombre de députés sera considéré en fonction des voix obtenues.

Pour cette fois donc, les électeurs voteront directement un candidat. «Est déclaré élu le candidat qui a obtenu le plus grand nombre de voix. En cas d’égalité de voix entre deux candidats, celui qui est le plus âgé est déclaré élu», poursuit le même article.

Cependant, ce nouveau mode de scrutin implique de nouvelles dispositions. «Tana I sera par exemple divisé en deux circonscriptions», a expliqué le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo hier, sur une station privée de la capitale.

Nouvelles circonscriptions

Selon les précisions de l’article 5 de la même loi, «La détermination des circonscriptions électorales, le nombre des membres de l’Assemblée nationale ainsi que la répartition des sièges, sont fixés par un décret, conformément aux dispositions de l’article 70 de la Constitution».

Ce décret reste alors très attendu et pas seulement à ce niveau. En effet, la date des législatives est encore à déterminer vu que la proposition de la Ceni pour le 20 mars prochain n’est plus d’actualité. Il faut noter que les électeurs doivent être convoqués 90 jours avant la tenue d’une élection. «Nous avons opté pour cette date uniquement pour qu’il y ait des nouveaux députés lors de la première session parlementaire ordinaire au mois de mai prochain», a indiqué le rapporteur général de la Ceni, Fano Rakotondrazaka, joint au téléphone hier.

En attendant, l’organe électoral procède actuellement à la révision de la liste électorale, ayant créé la polémique lors de l’élection de l’année dernière. «Nous lançons un appel à tous les citoyens, en âge de voter, à procéder à la vérification de la liste électorale qui sera clôturée provisoirement le 28 février prochain», a expliqué le rapporteur général de la Ceni.

Il en est de même pour les familles des défunts qui devraient informer les responsables au niveau des fokontany en cas d’anomalie. Toujours dans un souci de plus de transparence, la Ceni appelle également les membres de la Société civile et politique à désigner leurs représentants au sein de la Commission locale de recensement des électeurs (CLRE). Néanmoins, aucune limite du nombre d’électeurs à atteindre n’est imposée dans cette nouvelle liste.

Tahina Navalona

 

Les commentaires sont fermées.