Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Jeunesse et sports: Faratiana Tsihoara a marqué de son empreinte l’année 2018

Jeunesse et sports: Faratiana Tsihoara a marqué de son empreinte l’année 2018

La présentation de vœux de la grande famille du ministère de la Jeunesse et des sports (MJS), hier, à Ivato, était une occasion  à point nommé pour l’actuel ministre, Faratiana Tsihoara, de dresser le bilan de son équipe. Après seulement sept mois d’exercice, le ministre peut quitter son poste avec la satisfaction du devoir accompli.

En un temps record, l’actuel ministre et son équipe ont magistralement réussi leur pari ! Les sept mois de gouvernance affichent amplement un bilan positif. Certes, ils ont appris le mécanisme de fonctionnement du ministère, mais entre temps, ils ont réalisé dans les temps  les objectifs fixés, notamment dans le volet administratif.

En effet, pour mettre à l’abri le ministère d’un éventuel  problème financier, sous la houlette de Faratiana Tsihoara, l’équipe ministérielle a amélioré la méthode de fonctionnement de son département. Une réforme qui a débuté après la recommandation de l’Inspection générale de l’Etat, l’année dernière.

Malgré son manque d’expérience, Faratiana Tsihoara a été à la hauteur des attentes et a assumer ses responsabilités contre vents et marées, pour mener la flotte ministérielle jusqu’à destination. «J’ai pris en main la destination du ministère de la Jeunesse et des sports, il y a un an de cela, le 11 juin 2018. Sept mois durant lesquels, de grands événements se sont produits. Nous, au sein du ministère, nous avons focalisé notre effort dans le fonctionnement en général pour remettre les pendules à l’heure. En effet, nous avons changé de méthode de travail dans le but de nous rapprocher de l’orthodoxie administrative et financière», a-t-il souligné.

Et de renchérir, «Contrairement aux apparences, la réforme orchestrée a nécessité beaucoup plus d’efforts. Cela n’a pas été facile mais il a fallu le faire. Comme quoi, il y a un début à tout».

Continuité sans ambiguïté

Dans le cadre de cette grande réforme opérée par le MJS, le ministre Faratiana Tsihoara se frotte les mains pour la suite. Son successeur n’aura plus de soucis à se faire. «Dans la Loi de finances 2019, toutes les charges relatives aux événements dans l’agenda 2019 sont prises en compte», a-t-il déclaré.

Certes,  Faratiana Tsihoara a fait un bref passage à la tête du MJS, mais il a laissé un héritage digne du statut de la jeunesse et des sports.

Naisa

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique