Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Délestage: des villes en souffrent encore

Les délestages semblent s’atténuer dans la capitale et ses environs ces derniers jours. Néanmoins, les coupures demeurent intermittentes dans plusieurs autres villes, comme à Mahajanga, Toliara, Antalaha, Vohipeno, Vangaindrano…

Pour le cas d’Antananarivo, le ministre de l’Energie et des hydrocarbures a indiqué hier que la production des centrales hydroélectriques au niveau du réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA) arrive à satisfaire la moitié des 230 MW nécessaires durant les heures de pointe, réduisant ainsi le recours aux délestages dans la capitale et ses environs.

Ces deux dernières semaines, plusieurs quartiers de Mahajanga vivent dans  le noir pendant des heures. Les coupures surviennent deux à quatre fois par jour et la durée varie entre trois à quatre heures. Le besoin en électricité de la Ville des Fleurs est estimé à 14 MW par jour actuellement, selon la Jirama. Or, cette dernière ne peut fournir que la moitié de la demande.

Les régions Sava, Vatoavy Fitovinany et Atsimo Atsinanana vivent également au rythme du délestage. D’après un habitant de Vohipeno, la ville bénéficie de 14h d’électricité par jour, de 10h à minuit et ce, depuis le 4 janvier dernier.

A Vangaindrano, les groupes électrogènes sont en panne et le carburant manque faisant place à un délestage tournant. Selon les chiffres de la Jirama, Vangaindrano et Antalaha enregistrent en moyenne un gap de production de 35% par rapport à la puissance installée des centrales thermiques.

Arh.

 

 

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique