Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Composition du gouvernement: certains misent sur l’équilibre régional

Des politiciens, des opérateurs économiques, des techniciens, des personnalités connues et même des illustres inconnus affichent leur volonté manifeste de travailler de concert avec le nouveau président de la République, Andry Rajoelina. Ils se précipitent maintenant vers le quartier général de l’IEM à Ivandry, pour déposer leur CV dans l’espoir d’intégrer le nouveau gouvernement qui verra le jour dans quelques semaines.

Un appui unanime devant les défis qui attendent le chef de l’Etat par rapport à son programme ambitieux, à travers l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM).

Et bien que l’heure soit encore à la préparation solennelle de l’investiture du 19 janvier, les spéculations vont déjà bon train quant à la composition du nouveau gouvernement. D’autant que depuis quelques temps, les noms pressentis circulent déjà.

Dans tout le cas, cela donne lieu à un engouement généralisé. Certains avancent un gouvernement des techniciens, d’autres proposent que l’Exécutif soit représentatif de l’équilibre régional en partant du contexte actuel.

D’après les observateurs, il se pourrait que le premier-ministre, Ntsay Christian soit reconduit à son poste. Le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, un autre natif du nord, ne cache pas non plus son désir de rester à la tête de l’hémicycle. S’il arrivait à ses fins, la région du nord serait déjà fortement représentée au sein de l’institution.  Un schéma logique, selon toujours les observateurs, vu les bons scores obtenus par Andry Rajoelina, avec plus de 70% des voix dans cette partie nord du pays.

Et le sud ?

Après le nord, le Sud est également considéré comme le fief de Andry Rajoelina. Ce dernier a obtenu de deux tiers des voix exprimées dans les régions Anosy, Ihorombe, Atsimo Atsinanana, Atsimo Andrefana et Androy. Pour dire que des candidats de cette région pourraient aussi se place en première ligne des ministrables.

Sans conteste, le président Andry Rajoelina ne demande qu’une chose, c’est de pouvoir travail avec des hommes déterminés, ayant les critères requis pour donner corps au «velirano», à la promesse faite devant le peuple malgache.

Les commentaires sont fermées.