Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Secteur eau, assainissement, hygiène: « Des réformes s’imposent « , dixit Lovy Rasolofomanana

Secteur eau, assainissement, hygiène: « Des réformes s’imposent « , dixit Lovy Rasolofomanana

Les défaillances relatives au financement et au plan de gouvernance du secteur Eau, assainissement et hygiène (EAH) restent alarmantes. Wateraid Madagascar, un organisme international attend beaucoup du nouveau président et du futur gouvernement pour redresser le secteur, qui tient une place importante dans le développement du pays. Son directeur pays, Lovy Rasolofomanana a émis ses attentes et recommandations sur ces questions.

*Les Nouvelles : L’arrivée d’un nouveau président au pouvoir est un moment opportun pour redonner un nouveau souffle et redresser les défaillances constatées dans différents volets d’activités de développement, dont le secteur EA. En tant que connaisseur et acteur dans ce domaine, quels sont vos attentes par rapport au programme du président de la République ?

-Lovy Rasolofomanana: Le nouveau président élu dispose déjà d’un programme de développement bien établi, à savoir l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM). Ainsi, avant toute chose, nous voulions connaitre les détails dudit programme touchant l’EAH.

*C’est-à-dire…

– Par eau, l’on entend la gestion des ressources en eaux dans tout le pays et l’alimentation en eau potable, auprès des ménages et des institutions publiques, à savoir, les écoles publiques et les CSB. De ce fait, quelle sera la place que le nouveau gouvernement va accorder à l’EAH par rapport aux autres secteurs sociaux de base comme la santé, l’éducation et la nutrition ? Pense-t-il publier une loi de finances rectificative et quelle sera la priorité ?

* A propos du budget alloué à ce secteur…

– Effectivement, le budget accordé au secteur EAH ne répond pas aux besoins réels de la population, qui nécessitent plus de 200 millions de dollar par an. Nous tenons aussi à connaitre l’engagement du gouvernement en termes de cadrage politique, de décentralisation et déconcentration de ce secteur ou encore l’approche que compte adopter l’Exécutif en matière d’assainissement, notamment la gestion des ordures ménagères. Car il y a urgence à ce sujet.

* Quelles sont vos suggestions pour redresser la situation ?

– Par dessus tout, il faut instaurer un cadrage clair en matière de politique sur l’EAH, organiser une discussion franche autour du code de l’EAH et  proposer une politique claire et viable allant vers un arrangement institutionnel clair et viable.

* Qu’entendez-vous par «viable» ?

– Une politique viable est une politique fonctionnelle car adaptée à chaque situation des zones concernées.  Fonctionnelle aussi car le secteur EAH est transversal. L’eau occupe une place capitale dans l’agriculture, l’industrie, la pêche, l’énergie, l’alimentation ou encore la nutrition…Il faut identifier et instaurer un cadre institutionnel pour mieux gérer les ressources en eau ou encore l’assainissement qui comporte au moins quatre composantes, dont  l’évacuation des excreta, des déchets solides (industriels et ménagers), des eaux usées et des eaux pluviales.

* Wateraid peut-il apporter ses expériences dans ces domaines en cas de besoin?

– WaterAid a des propositions viables en tenant compte de cette dimension de gestion intégrée des ressources en eau incluant tous les secteurs sociaux de développement, cités plus haut. Mais, ce besoin en capacités nécessite des aptitudes techniques mais également l’existence de structures appropriées à différents niveaux. En plus des directions régionales, il convient de s’assurer qu’il existe aussi des structures en charge de l’eau et l’assainissement au niveau des communes allant jusqu’au fokontany.

Dans ce sens, WaterAid propose également qu’on appuie toutes les CTD en matière de maitrise d’ouvrage. En outre, Wateraid estime qu’ il est grand temps de laisser émerger les opérateurs privés  dans le secteur EAH, via l’instauration d’un environnement attrayant, à l’exemple d’ une politique fiscale incitative, des dérogations concernant les produits du secteur, comme la réduction des droits de douanes pour les pompes importées…

 

Propos recueillis par Fahranarison

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique