Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Lutte contre les chenilles légionnaires: les techniciens en nombre insuffisant

Lutte contre les chenilles légionnaires: les techniciens en nombre insuffisant

Très peu de techniciens sont mobilisés en milieu rural pour renforcer la lutte contre l’invasion des chenilles légionnaires. Ce qui rend encore plus difficile les interventions dans les communes infestées. Ces insectes ravageurs sont pourtant présents dans les 22 régions de l’île actuellement.

L’éradication des chenilles légionnaires à Madagascar sera une tâche difficile. Les autorités tentent maintenant de maîtriser leur propagation. Mais le manque cruel de techniciens qui travaillent de près avec les agriculteurs handicape les interventions sur le terrain.

D’après les détails apportés par Saholy Nomenjanahary, de la Direction de la protection des végétaux (DPV), à l’occasion de la remise d’équipements au laboratoire de cette branche du ministère de l’Agriculture hier, à Nanisana, seul un technicien intervient au niveau d’un district actuellement.

«Dans certaines régions, on recense deux à trois techniciens agricoles qui y travaillent. Ce qui est insuffisant  vu l’ampleur des dégâts laissés par les chenilles légionnaires au niveau du territoire national», a-t-elle enchaîné.

Déploiement de bio pesticide

Par ailleurs, le déploiement de bio pesticide est sur la bonne voie actuellement. Le Centre national de recherche appliquée au développement rural (Fofifa) a sorti récemment une variété de bio pesticide destinée à lutter contre les chenilles légionnaires.

«Le recours à l’usage bio pesticide est indispensable pour préserver les cultures, la qualité du sol et les autres activités pratiquées autour des champs de culture», a poursuivi Saholy Nomenjanahary. Toutefois,  il est à noter que le pays est encore contraint à importer des produits chimiques pour la lutte contre les chenilles légionnaires actuellement.

La DPV équipée

Dans l’optique de rendre efficace la lutte contre ce fléau national, le laboratoire de la DPV  vient d’être réhabilité et doté d’équipements, sur financement du Projet de croissance agricole et de sécurisation foncière (Casef).

D’un montant de 37 millions d’ariary, les outils remis à la DPV vont permettre d’assurer les travaux de surveillance des spéculations et des organismes nuisibles aux cultures. Les résultats de ces actions serviront à la constitution d’un catalogue de liste d’organismes  nuisibles, présents à l’intérieur du territoire national, en vue de l’élaboration des moyens de lutte respectifs.

Au final, ces résultats seront utilisés pour lancer l’alerte précoce et pour mieux surveiller l’entrée d’autres insectes nuisibles susceptibles de détruire les ressources végétales (Organisme nuisible de quarantaine).

Riana R.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique