Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Air protégée marine: la méthode « Reef Check » adoptée

Air protégée marine: la méthode « Reef Check » adoptée

Ambodivahibe dans le nord de l’île est une aire protégée marine (AMP). Pour la conservation de ses récifs coralliens, les communautés s’impliquent en adoptant la méthode «Reef Check». C’est un protocole de suivi de l’état de santé des récifs coralliens, développé en 1996. 80 pays sur 131 l’utilisent à l’heure actuelle.

Le Reef Check s’appuie sur trois piliers : le suivi, la gestion et l’éducation. Ce protocole regroupe les gestionnaires des récifs coralliens afin d’atteindre ensemble les objectifs de conservation. A Madagascar, le Reef check est appliqué au cours de la dernière décennie. Actuellement, sa vulgarisation est opérée dans la baie d’Antongil, à Nosy Be, Toliara et à Ambodivahibe.

A Ambodivahibe, la Conservation international (CI) cogère cette AMP avec les communautés locales. Ce travail de concert facilite les opérations à entreprendre car l’équipe de suivi des récifs coralliens est composée à 62% de communautés locales et le reste par des techniciens et experts.

Pour CI, «l’implication des communautés est très importante pour garantir la pérennisation du système de suivi, mais aussi pour concrétiser leur participation effective sur le processus de gestion de l’AMP».

Des manuels sur le suivi de la santé des réserves marines et coraux en langue française et en malgache pour les techniciens, les universitaires, les autorités et décideurs, les communautés, les gestionnaires sont en cours d’édition. Ces manuels permettent de valoriser leurs acquis de et expériences en la matière.

Quelques résultats

A noter au passage que la Commission de l’océan Indien a financé un projet sur le suivi écologique, la gestion effective de l’AMP d’Ambodivahibe, pour une durée de 15 mois. Et les données fournies démontrent que la gestion durable des ressources marines et côtières améliore la santé de la biodiversité et la subsistance des communautés locales.

«Par rapport aux résultats de suivi Reef Check au niveau mondial réalisé entre 1998 et 2001, les résultats obtenus après le suivi en décembre 2017, dans cette AMP,  montrent que le taux de couverture moyenne en corail dur vivant est de 49%. Ceci est largement supérieur à 32% de recouvrement moyen, constaté dans les 95% des stations de suivi des 80 pays tropicaux», a rapporté ainsi CI, à l’issue de ce projet de suivi.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.