Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Annulation des élections- Herilaza Imbiki: « Requêtes impossibles à réaliser »

Annulation des élections- Herilaza Imbiki: « Requêtes impossibles à réaliser »

Parmi les quelque 300 requêtes déposées à la HCC, certaines auraient pour objet l’annulation du scrutin du second tour. Une demande impossible à réaliser, tant sur le plan pratique que juridique, a fait savoir le magistrat Herilaza Imbiki.

«Il est impossible que 300 requêtes puissent entraîner l’annulation d’un scrutin », a indiqué le magistrat et non moins ancien membre de la Cour électorale spéciale (CES), Herilaza Imbiki, joint au téléphone en fin de semaine. Parmi ces 300 requêtes figurent, en effet, des demandes d’annulation du scrutin dans certains bureaux de vote, voire le second tour dans son ensemble, au motif de fraudes électorales.

« Les prétendues fraudes sont-elles susceptibles de conduire à l’annulation totale du second tour ? », s’est-il interrogé, en faisant référence aux diverses preuves apportées par les requérants, alors que, selon ses explications, la force probante de celles-ci reste également à déterminer. D’après le juriste, le scrutin ne pourra être annulé que seulement si des fraudes sont constatées dans les 2/3 des bureaux de vote.

Quoi qu’il en soit, « il appartient aux juges constitutionnels de déterminer si les documents apportés par les requérants peuvent être pris comme preuves ou simples informations », a-t-il souligné en insistant sur l’authenticité des preuves. Il semble en effet difficile de prouver qu’il y avait réellement eu bourrage d’urne ou authentification de signatures, comme le prétend le camp Ravalomanana. Sur les réseaux sociaux, Herilaza Imbiki explique que

« seul le juge peut octroyer la valeur probatoire, c’est-à-dire recevoir en tant que preuves les documents étayés dans les requêtes pour éviter la falsification ou la corruption de preuves par exemple ».

Proclamation officielle demain

Il est nécessaire de déterminer si les revendications sont de nature juridique, auprès de la HCC ou politique, par le biais de manifestations de rue. Dans tous les cas, « la manifestation sur la Place du 13 mai n’est que pression politique », a expliqué le magistrat. Pour lui, la HCC tend vers la confirmation des résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui placent en premier rang le candidat n°13. L’écart semble difficile à rattraper, étant donné qu’il s’élève à 500.000 voix et quelques, selon les résultats provisoires.

Les résultats définitifs de la HCC sont ainsi très attendus. Comme indiqué, ils seront annoncés officiellement demain à Ambohidahy. La proclamation de la HCC devrait ainsi mettre fin à toute polémique autour des élections. A noter que la Haute cour procède depuis la semaine dernière à la confrontation des documents avec les candidats et la Ceni.

Tahina Navalona

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique