Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Propos diffamatoires sur le parvis: les médias internationaux s’insurgent

Les propos des partisans du candidat n° 25, sur l’ancienne Place du 13 mai à Analakely, à l’encontre d’une journaliste de Radio France internationale (RFI), n’ont pas laissé insensibles les représentants des médias internationaux dans le pays.

Dans un communiqué publié hier, ils ont appelé à qualifier totalement d’inadmissibles les actes des leaders des manifestants. «Nous, représentants des médias internationaux à Madagascar, exprimons notre vive préoccupation après que des propos diffamatoires ont été tenus sur scène lors du rassemblement du 3 janvier 2019, Place du 13 mai, à l’encontre de notre consœur Laëtitia Bezain, correspondante de Radio France Internationale. Attaquer ouvertement cette journaliste lors d’un rassemblement politique, en diffusant son visage sur un écran géant en l’accusant de mensonges devant une foule, est totalement inadmissible», note le communiqué, signé par les dix représentants des médias internationaux.

Et d’ajoute, plus loin, «nous ne saurions accepter qu’une journaliste soit jetée en pâture au public sans autre forme de procès».

Dans la même foulée, la Mission d’observation électorale de l’Union européenne a aussi appuyé cette déclaration en notant que la liberté de la presse est un des principes fondamentaux du système démocratique, tout en condamnant cette manipulation de l’image de ladite journaliste.

Sur les réseaux sociaux, les débats sont particulièrement enflammés. Le fait est que la photo de la journaliste ait été diffusée en public a montré que le fanatisme n’avait pas de limite chez certains.

«Ces accusations publiques infondées auraient pu la mettre en danger physiquement au moment des faits et constituent une sérieuse entrave à l’exercice de son métier», notent à ce propos les représentants des médias nationaux, tout en ajoutant que si des responsables politiques estiment qu’elle a commis une erreur ou tenu d’éventuels propos diffamatoires, le code de la communication et des recours légaux existent.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.