Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

K25 sur la place de 13 Mai: tentative de déstabilisation

K25 sur la place de 13 Mai: tentative de déstabilisation

Sans autorisation au préalable, les partisans du candidat Ravalomanana persistent à organiser une manifestation sur le parvis de l’Hôtel de ville de la capitale, ce jour. La Préfecture a déjà prévenu contre les éventuels débordements.

En dépit des mises en garde lancées à son endroit ces temps-ci,  le clan Ravalomanana veut coûte que coûte mobiliser ses partisans devant l’Hôtel de ville, ce jour. Un forcing menant inévitablement vers un risque d’affrontements entre les forces de l’ordre et les irréductibles du candidat n°25.

En effet, selon les explications du Préfet de police, le général Angelo Ravelonarivo,  l’ Organe mixte de conception (OMC) s’est réuni hier, à ce propos et il a été décidé d’interdire la manifestation.

«Nous n’allons pas donner d’autorisation à cela (…). Il existe déjà une voie de recours légale», a-t-il plaidé. Pour motiver cette décision, il a évoqué le retard du dépôt de la demande d’autorisation, mais aussi le risque de débordement.

«Cette initiative risque d’impacter sur l’ordre public (…). D’ailleurs, nous avons déjà reçu des renseignements sur ce sujet», a ajouté le Préfet de la capitale. D’autant qu’à la veille des fêtes de fin d’année, la population mérite de vivre dans la sérénité.

Un mauvais perdant

L’article 65 de la Loi organique 2018 – 009 relative à l’élection du Président de la République stipule que «la Haute Cour Constitutionnelle est compétente pour connaître de toute requête ou contestation se rapportant aux actes qui constituent les préliminaires des opérations électorales et à ceux qui ont trait au déroulement du scrutin».

L’alinéa 2 de cette même disposition ajoute que «le délai de recours est fixé à deux jours après la publication des résultats provisoires par la Commission électorale nationale indépendante».

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le clan Ravalomanana qui se dit légaliste, tente de déstabiliser le processus électoral sans attendre la décision des juges constitutionnels et ce, malgré les interpellations des observateurs nationaux et internationaux.

A ce propos, l’Organisme non gouvernemental «Rohy» a rappelé hier qu’«il incombe à la HCC de juger les résultats du second tour de manière la plus juste possible et aux candidats de veiller à l’intérêt supérieur de la Nation».

Quoi qu’il en soit, il est clair que le candidat Marc Ravalomanana est un mauvais perdant. Et, il anticipe déjà sa défaite après la sortie des résultats définitifs. Sous cet angle, il prévoit de rééditer le forcing de 2002 en incitant les gens à descendre dans la rue. Une attitude irresponsable qui est à l’encontre de la loi en vigueur. Déjà, par le biais de cette manifestation, Ravalomanana n’a qu’à faire de la décision de la HCC.

A noter que le Groupe international de soutien pour Madagascar (Gis-M) a récemment exhorté les deux candidats à respecter scrupuleusement les prérogatives de la Ceni et de la HCC en matière de proclamation des résultats de l’élection et à s’en tenir exclusivement aux voies légales pour le règlement de tout contentieux ou toute contestation.

Le groupe avait aussi indiqué que «la communauté internationale pourrait être amenée à prendre des mesures si nécessaire».

Rakoto

 

Une réponse à "K25 sur la place de 13 Mai: tentative de déstabilisation"

  1. Randriamanarivo chrysanthe  29/12/2018 à 16:24

    Fa jao ve le mpanangana e ?? hamerina ny t@ 2002 ndry ve ?? Tsy tokony ho rebirebena sy ho vonoina eo indray ny vaohoaka malagasy andriamato MARC RAV a. Ampy izay fa efa tsy 2002 intsony izao.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique