Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chercher la petite bête

Chercher la petite bête

Sans conteste, aux yeux de la communauté internationale, Madagascar a franchi une étape importante et prometteuse dans le processus électoral. L’un des représentants de l’Union européenne a même évoqué  qu’il  y a encore un an, le doute persistait sur la tenue ou pas du scrutin. Le peuple malgache avait hâte de faire entendre sa voix, mais certains politiques ont tout fait pour mettre des bâtons dans les roues de l’alternance démocratique.

Malgré quelques incidents que les contestataires des résultats provisoires utilisent comme argument pour dénoncer des fraudes massives, les observateurs internationaux et surtout nationaux sont unanimes à dire que comme le premier, ce deuxième tour s’est déroulé sans encombre. L’instance internationale a même attribué son satisfecit à la Ceni.

La présidentielle malgache n’est pas à classer dans la catégorie des élections sous tension et souvent entachées par des violences et des fraudes à grande échelle, en Afrique. La perfection n’existe pas et faire grand cas d’une chose insignifiante est l’état d’esprit d’un candidat digérant mal sa défaite.

D’après les observateurs, par rapport à Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana ayant trop confiance en soi a mal préparé ces élections, surtout dans les régions. Beaucoup ont même pensé, surtout ses partisans fanatiques, que Ravalo allait faire la différence au deuxième tour, sans vraiment tenir compte de l’intention de vote de la majorité d’électeurs et des impacts de la campagne électorale menée tambour battant par le candidat numéro 13. Le K25 a eu tout faux et la déception est grande, certes.

La Ceni a même laissé entendre que même si les anomalies constatées avaient été prises en compte dans les résultats provisoires, cela n’aurait pas changé grand-chose. La logique est respectée.  D’ailleurs, le K25 conformément à la loi, dispose d’une voie de recours devant la Haute cour constitutionnelle (HCC). Sauf qu’habitué à contester, le camp Ravalomanana veut maintenant embarquer la population sur un autre combat perdu d’avance.

JR.

 

Les commentaires sont fermées.