Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Noël à Antanimora: une vingtaine de femmes écrouées avec leurs bébés

    Noël à Antanimora: une vingtaine de femmes écrouées avec leurs bébés

    Une vingtaine de bébés ont passé Noël avec leurs mères à la Maison centrale (MC) d’Antanimora, de source auprès du Chef d’établissement (CE).

    Ils sont âgés de deux à 18 mois. Cette situation s’explique par leur bas âge. Ils ont ainsi besoin de la présence de leur mère respective. Or, ces dernières se trouvent malheureusement en détention.

    D’après les explications fournies, au cas où leurs mères se trouvent encore en prison,  ces bébés y vont encore rester jusqu’à l’âge de deux ans. Une fois cet âge dépassé, l’enfant devrait être pris en charge par la famille ou des proches. Sinon, il sera placé dans un centre d’accueil, en attendant que sa mère purge sa peine. Ce dernier cas est toutefois rare, selon les précisions apportées.

    Parmi ces bébés, certains ont vu le jour en prison. Un triste sort pour eux par rapport aux enfants de la rue, côté liberté s’entend. Une dizaine de femmes détenues à la MC d’Antanimora sont actuellement enceintes.

    Délaissés au fil des années

    En cette période de fêtes de fin d’année, certains détenus condamnés à plusieurs années de peine (en général plus de cinq ans), sont totalement délaissés par leurs familles et proches.

    «Ce détachement se réalise progressivement», selon un agent de la MC d’Antanimora. Après les visites et les ravitaillements quotidiens durant les deux à trois premiers mois, l’assistance s’espace par des visites mensuelles dans la première année, et uniquement les jours des fêtes l’année suivante. A partir de la troisième année de détention, les visites deviennent de plus en plus rares, pour devenir aucune, même dans la période de Noël ou de nouvel an.

    «Pour subsister, ces détenus offrent leurs services aux autres qui en ont les moyens, la plupart des cas à titre de cuisinier ou de lessiveuse», a témoigné notre source. «Même les différentes associations religieuses, les ONG et les entreprises dans leur activité citoyenne ont été absentes cette année en cette période de fêtes», a fait remarquer le CE d’Antanimora.

    Sera R.

     

     

    Les commentaires sont fermées.