Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: le port de Tamatave

Lors de l’inauguration du buste de Gallieni, M. Schrameck gouverneur général de Madagascar, avait promis de démontrer l’activité par des actes ; il a tenu parole.

Tout d’abord, il a marqué une sollicitude toute particulière au port de Tamatave qui doit intensifier le mouvement commercial de la Grande Île ; d’accord avec les corps constitués, il a constitué une Commission d’études qui a présenté plusieurs projets d’emplacement du port.

L’un d’eux a particulièrement séduit le gouverneur général à qui il a paru pratique et nullement inspiré par des intérêts particuliers. Si donc, rien n’est changé, il semble que le port de Tamatave serait construit du côté de la pointe Tanio, à gauche au-delà de cette pointe, où se trouvent beaucoup de terrains domaniaux.

On dit même que les choses sont beaucoup plus avancées qu’on ne le dit et que les travaux pourraient commencer bientôt, au grand contentement des Tamataviens chez qui M. Schrameck a rencontré un parfait désintéressement et une collaboration précieuse.

Le Courrier colonial

Mutations

Des Petites Affiches de Majunga :

M.Marcoz, Administrateur Chef de Province, est affecté à Tamatave. On parle de M. Béréni, actuellement à Fort Dauphin, pour le remplacer à Majunga.

Disons à ce propos que M. Marcoz, qui devait partir mercredi par chaloupe, et passer par Tananarive, s’embarquera sur le Louqsor, attendu vers le 14 décembre.

En conséquence, le Vin d’Honneur qui devait avoir lieu mardi, à l’occasion du départ de M. et de Mme Marcoz, sera reporté, nous dit-on, à la veille de leur embarquement.

Les pancas du Tribunal

Il y a un mois environ, en pleine audience, les cordes des pancas se cassaient presqu’à la fois, et un des appareils venait s’abattre sur la tête d’un éminent avocat de Tananarive qui a évité le choc grâce à sa présence d’esprit et à son agilité.

Depuis cette époque ces pancas ne fonctionnent plus, mais menacent toujours de tomber sur la tête des juges et des avocats.

Ne pourrait-on pas les réparer ?

Transmis à qui de droit.

Au Tribunal

Malgré les condamnations sévères, mais toujours justes, du Tribunal de notre ville, les voleurs ne se découragent pas.

C’est ainsi qu’un indigène, pour avoir volé 2 pains a été condamné à 6 mois de prison.

 

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.