Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: si Madagascar contractait un emprunt (1)

Depuis longtemps toutes nos jeunes possessions en voie de développement : Maroc, Afrique Occidentale, Afrique Équatoriale, ont obtenu du Parlement l’autorisation d’emprunter les fonds nécessaires à l’exécution de travaux publics dont le nécessité n’est pas contestable. Or, on s’étonne à bon droit de constater que, seule, la Grande Île doit faire face à tous ses besoins au moyen de ses seules ressources.

Est-ce-à-dire que Madagascar est parvenu à un degré de prospérité qui lui permet de se passer de tout concours financer extérieur ?

Aucunement. Cette colonie a fait connaître à diverses reprises, notamment quand il s’est agi de doter Tamatave d’un port, qu’un emprunt s’imposait, et c’est le refus du ministre des Colonies de soumettre au Parlement un projet dans ce sens qui avait contraint l’Administration supérieure de la Grande Île à prélever sur la caisse de réserve les fonds nécessaires à la construction de ce port. Or on sait comment ont été employés pendant la guerre les fonds de cette caisse de réserve.

Si pour les possessions désignées plus haut un emprunt a été presque une question de vie ou de mort, a-t-on le droit d’entraver le développement d’une possession comme Madagascar, en ne la dotant pas des moyens qui permettaient d’achever sa mise en valeur ? Quel bond ferait notre colonie si elle se couvrait rapidement d’un réseau complet de voies de communication.

Depuis 10 ans, on fait, à Madagascar, études, contre-études, projets et contre-projets… Qu’en sort-il ? du vent !

À l’heure actuelle, le Nord, le Sud et l’Ouest notamment ont perdu l’espoir de voir établir avant de longues années les routes dont l’absence rend impossibles les transports par terre, car à mesure que l’outillage économique de la colonie prend plus d’extension, les dépenses d’entretien vont croissant et absorbent une partie de plus en plus grande des crédits.

Certes la situation de Madagascar est excellente. En 1905, le mouvement du commerce de la Colonie était de 72 091 tonnes.

Il a été en 1917 de 210 771 tonnes.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.