Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Alaotra: squat au camp pénal d’Ambatondrazaka

Alaotra: squat au camp pénal d’Ambatondrazaka

Les litiges fonciers vont en s’amplifiant jusqu’à toucher les services publics dans la région Alaotra-Mangoro. Des agriculteurs engagent actuellement un bras-de-fer avec l’Administration pénitentiaire dans le district d’Ambatondrazaka, en occupant les terres destinées au camp pénal à Andilanomby. Des négociations sont en cours pour résoudre la situation à l’amiable.

Des squatteurs se sont installés depuis des années dans le périmètre réservé au camp pénal d’Andilanomby rattaché à la Maison centrale d’Ambatondrazaka, allant jusqu’à occuper actuellement la moitié des 200 hectares de terrains alloués à cet effet.

La situation cause de graves préjudices dans la gestion du service, selon le contrôleur principal d’Administration pénitentiaire régional, Germain Andrianjarazafy, puisque ces terres produisent une grande partie des produits destinés à la subsistance des détenus de la circonscription, d’après ses explications.

Médiations

«La réduction des surfaces cultivées signifie ainsi baisse des vivres, déséquilibrant la comptabilité de la Maison centrale d’Ambatondrazaka et obligeant les responsables à récupérer la totalité de la propriété pour redresser la situation», a-t-il alors révélé.  Une descente sur les lieux, en compagnie des agents du service foncier, a donc été organisée dans le courant de cette semaine pour une reconstitution de bornage.

Pourtant, les occupants dits illicites s’y sont vivement opposés, arguant que les parcelles concernées appartiennent à leurs parents qui en ont été dépouillés par l’Etat au profit de l’Administration pénitentiaire.

Les autorités locales mènent des médiations actuellement pour des solutions concertées entre les parties en lice.

Manou/Solo

Les commentaires sont fermées.