Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Andry Rajoelina: « Je serai le président de tous les Malgaches »

Andry Rajoelina: « Je serai le président de tous les Malgaches »

Le second round du débat de l’entre-deux-tours d’hier a montré, une fois de plus, que le candidat Andry Rajoelina a maîtrisé son sujet.

«Je vous appelle à renouveler vos choix faits lors du premier tour pour que nous puissions changer l’histoire du pays (…). Je vais donner à Madagascar la place qu’il mérite pour que nous fassions partie des premiers. Je serai un président digne des Malgaches». Ces déclarations sont du candidat n°13, Andry Rajoelina, hier à la fin du second débat l’opposant à son concurrent Marc Ravalomanana.  «Aidez-moi pour que je puisse vous aider», a-t-il d’ailleurs lancé.

Tout au long du débat, en tout cas, l’ancien homme fort de la Transition a montré qu’il maîtrise parfaitement les sujets au programme. Par rapport à la Constitution par exemple, le numéro un de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM) a soutenu qu’elle n’est pas le problème du pays.

«Ce sont les dirigeants qui ne respectent pas leurs engagements, c’est pourquoi ils sont toujours déboutés par la population», a-t-il expliqué.

Sur ce, le candidat n°13  a été direct par rapport à la question de la laïcité de l’Etat. Il a précisé qu’«il faut savoir dissocier les affaires de l’Etat avec celles de la religion». L’ancien homme de la Transition est certes un fervent catholique, mais il a toujours su séparer la religion des affaires publiques.

Et ce, contrairement à son prédécesseur Marc Ravalomanana, qui avait usé de sa position au sein de l’église FJKM pour renforcer son pouvoir et son parti politique. Ce qui était d’ailleurs à l’origine de nombreuses appréhensions de la part des autres confessions.

Des infrastructures sans appui des partenaires

Pour ce qui est de la gestion de l’argent de l’Etat, le candidat n°13 a aussi rappelé que durant la Transition, le pays n’avait obtenu aucune aide de la part des partenaires techniques et financiers, mais «nous avons pu ériger des infrastructures, telles que des stades et des hôpitaux», a-t-il plaidé.

En ce qui concerne l’exportation de riz, le candidat n°13 a promis qu’il augmentera  à plus de 100.000 ha les surfaces cultivables dans le pays.  Comme il l’a fait savoir lors de son dernier déplacement à Marovoay, ce sujet fera partie de ses priorités dès qu’il sera au pouvoir, à travers notamment la construction des barrages afin de faciliter la gestion des eaux et de booster ainsi les récoltes.

«Je ne serai pas un président qui accaparera les terres de la population comme c’est le cas à Ambatondrazaka», a-t-il d’ailleurs lancé. Un état d’esprit diamétralement opposé à celui du candidat Marc Ravalomanana, qui avait brillé par ses mainmises des terres appartenant à l’Etat et à des particuliers.

Du reste, le candidat Andry Rajoelina s’est singularisé à travers ses réponses concrètes, sur des sujets comme la lutte contre la corruption, la mise en place des tribunaux de proximité pour lutter contre l’expropriation des terres, la hausse de salaires des fonctionnaires, l’augmentation du nombre  des forces de l’ordre, la construction des logements pour les fonctionnaires, la mise en place d’un centre de formation dans chaque chef-lieu de province pour les étudiants ou encore la mise en place d’un Plan d’urgence social.

 

Rakoto

Les commentaires sont fermées.