Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Justice francaise: «Aucun candidat n’est concerné», dixit la France

Justice francaise:  «Aucun candidat n’est concerné», dixit la France

 

Ces derniers temps, les partisans du candidat Ravalomanana frisent le ridicule en publiant des fausses informations à l’encontre de leur principal concurrent Andry Rajoelina. L’Ambassade de France vient d’ailleurs de démentir l’un des mensonges sans fondement.

Un démenti en bonne et due forme. Dans un communiqué publié sur son site et relayé sur les réseaux sociaux, la France par le biais de son Ambassade à Madagascar a contesté les allégations et les informations des médias, à la solde du candidat Marc Ravalomanana, à propos de la prétendue convocation du candidat Andry Rajoelina par la justice française.

«Devant l’ampleur prise par certaines informations erronées impliquant la France, l’Ambassade de France souhaite démentir les allégations qui alimentent depuis plusieurs jours la presse, selon lesquelles des officiers de police judiciaire français se seraient rendus à Madagascar, en dehors de toute procédure légale, pour délivrer à l’un des candidats en lice pour le second tour de la présidentielle une convocation du Parquet de Paris. A notre connaissance, aucun candidat n’est concerné par une procédure de la justice française», a communiqué hier, la représentation locale de la France.

«L’ambassade de France, comme les autres grands partenaires de Madagascar, invite les candidats à mener une campagne respectueuse et centrée sur le débat d’idées», a-t-elle clarifié.

En manque de crédibilité

Par ailleurs, ce démenti met sur la sellette la directrice exécutive de Transparency International-Initiative

Madagascar, Ketakandriana Rafitoson, qui avait annoncé sur TV5 Monde que le candidat n°13 est «impliqué dans des affaires de biens mal acquis» en France. Ce qui est navrant pour «Transparency International» car cette affirmation gratuite porte un sérieux coup à la crédibilité de cet organisme non-gouvernemental.

En tout cas, voilà l’information, la réponse du berger à la bergère qui devrait clore ce chapitre que les proches de Ravalomanana veulent en faire tout un fromage, ces temps-ci.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ce groupe tente de propager des informations erronées et fallacieuses pour manipuler l’opinion publique.

Au lendemain du premier tour, les communicateurs de l’ancien chef de l’Etat avaient aussi annoncé que leur méthode de décompte de voix avait été validée par le Pnud. L’institution onusienne avait par la suite publié un communiqué, en guise de démenti.

Il en est de même pour le prétendu soutien de l’Union européenne que l’organisation a également nié.  Sans oublier le fameux 5 milliards de Fmg octroyés à Andry Rajoelina du temps qu’il est premier magistrat de capitale, pour la reconstruction de l’Hôtel de Ville. Une déclaration contestée par les principaux responsables de l’époque, à savoir, le vice ministre en charge de l’Aménagement du territoire, Hajo Andrianainarivelo ou encore, l’architecte principal de cette bâtisse, Mamy Rajaobelina.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.