Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Conservation des aires protégées: un énorme Gap à combler

Conservation des aires protégées: un énorme Gap à combler

 

Les besoins financiers des aires protégées (AP) sont loin d’être satisfaits. Avec les revenus tirés des placements de son capital, la Fondation pour les aires protégées de Madagascar et la biodiversité de Madagascar (FAPBM) n’arrive à financer que moins du tiers des besoins des 123 aires protégées.

Selon les dernières études officielles, les besoins financiers des 123 aires protégées de Madagascar, réparties sur 7 millions d’hectares, sont estimés à près de 21 millions de dollars, soit près de 73.500.000.000 ariary, à raison de 3 dollars par hectare.

«Une bonne partie de ce montant ne pourrait être réunie chaque année, dans la mesure où la FAPBM, principal bailleur d’AP, ne peut obtenir qu’une partie du budget nécessaire», a-t-on précisé lors de la cérémonie de signature de convention de financement entre cette entité et les gestionnaires des AP, au titre de l’année 2019 hier, à l’hôtel Colbert à Antaninarenina.

Quoi qu’il en soit, la FAPBM ambitionne de pérenniser le financement destiné à conserver les AP. Sur ce, elle a recours aux revenus découlant des placements effectués sur son capital, pour assurer la durabilité des financements.

Cependant, ces revenus ne représentent même le tiers des besoins financiers de l’ensemble des zones protégées. Devant cette situation, la Fondation lance ainsi un appel à tous, grand public et/ou secteur privé, afin que tout un chacun participe à la préservation du capital naturel de Madagascar.

6.425.075.219 d’Ariary pour 35 AP

 Pour le compte de l’année prochaine, la Fondation a octroyé une enveloppe s’élevant à  6.425.075.219  Ariary pour les 35 AP, gérées par 11 gestionnaires bénéficiaires des financements de la FAPBM.

Notons que la FAPBM a pour mission de contribuer au développement humain durable, de valoriser et de conserver la biodiversité, à travers la mobilisation des sources de financements pérennes en faveur du Système des aires protégées de Madagascar (SAPM).

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.