Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: voyage de M. le Gouverneur Général au lac Alaotra (1)

En quittant Tamatave, et poursuivant son voyage d’inspection, M. Schrameck s’est rendu à Moramanga, et de là au lac Alaotra.

Le pays traversé sera certainement pour lui une révélation.

Après avoir traversé avec le T. C. E. la zone absolument chaotique qui précède Moramanga, on se trouve pour ainsi dire, sans transition, dans une plaine immense mesurant une trentaine de kilomètres de largeur, sur une centaine de longueur dans le sens où se dirige le tramway, exactement du Sud au Nord, vers la région du lac Alaotra. Cette plaine légèrement ondulée est traversée de l’est à l’ouest par une infinité de petits cours d’eau formés par des sources qui sourdent des collines la limitant à l’Est.

On devine quels avantages cette disposition des lieux présente pour de riches installations agricoles. Chaque petit cours d’eau capté et canalisé, après avoir par ce fait assaini la plaine, peut servir à l’irrigation des terres qui l’avoisinent. Ces terres sont principalement alluvionnaires et recouvertes d’humus dont la couche sur certains points atteint jusqu’à un mètre de profondeur, sur les talus de la voie.

De plus, cette plaine à ondulations à peine sensibles peut être labourée directement, sans nécessiter d’autres travaux, même par des charrues à vapeur.

Cela est si vrai, que, le tramway à peine en construction, des colons on ne peut plus sérieux se sont empressés de s’installer dans cette plaine

C’est ainsi qu’à Marovoay, première station où le train porte le voyageur en 40 minutes, on trouve une usine à transformer le manioc en fécule, et une grande étendue de terrain planté de ce tubercule.

D’autres colons se sont installés le long de la voie. Car, si les terres qu’on traverse sont bonnes pour l’agriculture, elles sont également bonnes pour l’élevage.

On parcourt ainsi 80 kilomètres de voie ferrée jusqu’au village d’Andaingo. Grâce à la configuration du sol, cette voie, qui ne présente que des déclivités très peu sensibles, va en ligne droite, au point de présenter des alignements de 17 kilomètres.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

 

Les commentaires sont fermées.