Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mauvaise valse de responsabilité

Mauvaise valse de responsabilité

Tout le monde s’accuse et chacun se rejette la faute sans que personne n’ose endosser la responsabilité sur les maux dénoncés à cor et à cri sur les fenêtres.

La notion d’irresponsabilité, vécue depuis plus de cinq décennies au pays, handicape fortement le développement de Madagascar depuis son affranchissement du joug colonial, rendant son indépendance vide de sens. L’on se bouscule aux portillons pour siéger au sein des institutions étatiques afin de mieux se disculper aux moindres pépins. Ceux qui détiennent des portefeuilles usent d’astuces pour se dégager de toute responsabilité inhérente à leurs actions, ignorant totalement les contreparties de leurs privilèges les obligeant à être redevables devant les contribuables. Ils incluent, contre toute attente, les citoyens dans différentes responsabilités qu’ils leur enjoignent d’endosser sans prendre leur situation respective en compte. Devoir et responsabilité constituent en effet des prestiges qui ne sont point de l’apanage de Monsieur «Tout-le-Monde», mais que les assoiffés de pouvoir les ignorent ou semblent les ignorer. Les personnalités de l’Etat ont alors pris habitude d’interpeller la responsabilité du public pour résoudre des situations désespérées dans le but de s’en dégager elles-mêmes.

L’appel lancé par l’organe de lutte contre la corruption pour une prise de responsabilité des citoyens dans leurs actions reste un des cas récents illustrant le topo, car l’institution instaurée n’aurait plus sa raison d’être si le public était capable d’enrayer de lui-même le fléau. Il faut donc qu’il y ait un responsable défini dans toute situation pour en porter le chapeau au cas où l’on en aura besoin.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.