Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Marchandises générales: hausse généralisée des prix à l’approche des fêtes

Marchandises générales: hausse généralisée des prix à l’approche des fêtes

La tendance inflationniste se dessine à l’approche des fêtes de fin d’année. Une dépréciation de la monnaie locale se conjugue avec l’évolution en dent de scie des prix des principaux produits de consommation.

Les consommateurs ont vite déchanté en faisant les provisions à l’approche des fêtes. Une augmentation généralisée des prix marque la conjoncture actuelle : hausse des prix des carburants, des riz locaux, de la viande, des produits maraîchers ainsi que de bon nombre de produits de première nécessité (PPN).

Depuis la fin du mois de novembre, les produits les plus convoités affichent une hausse moyenne de 100 ariary. Si les riz blancs locaux ont affiché une certaine fermeté des prix ces dernières semaines (vary gasy à 1.900 ariary/kg, makalioka 2.000 à 2.100 ariary/kg – ODR), les prix commencent à augmenter d’environ 100 ariary/kg.

La farine quant à elle, a connu une hausse de 10.000 ariary par sac de 50 kg et ce, depuis plus d’une semaine. Un grossiste du côté d’Anosibe justifie cette hausse de prix par l’augmentation de la demande des pâtissiers en cette période. Par ailleurs, le prix de l’huile de table a augmenté de 500 ariary par litre, notamment pour l’huile cachetée, qui se vend actuellement à 5.500 ariary la bouteille d’un litre. A cela s’ajoute le sucre avec une hausse de 100 ariary/kg.

Ces augmentations concernent également les prix des viandes et des volailles. La viande de zébu s’achète actuellement entre 11.500 et 12.000 ariary le kilo et la viande de porc à 12.500 ariary.

Dévaluation de l’ariary

Il se peut que le consommateur ne perçoive pas directement l’impact de la dévaluation de l’ariary face à l’euro et le dollar, mais les conséquences sur les produits importés, notamment pour la fin d’année, sont palpables.

Pour le troisième trimestre de cette année, les cours de ces deux principales devises ont enregistré une hausse sur le Marché interbancaire de devise (Mid). Pour le début du quatrième trimestre, cette hausse des cours persiste. Ainsi, l’euro s’échangeait à 4.019,60 ariary et le dollar à 3.503,27 ariary au mois d’octobre. Soit une variation de +1,25 % pour l’euro et +2,80 % pour le dollar, entre la fin du troisième et le début du quatrième trimestre.

Tous ces phénomènes semblent bien contribuer à accélérer l’inflation. Un économiste entrevoit même le fait que le pays pourrait assister à une fuite monétaire, en ce sens que les importations augmentent davantage, alors que les exportations ralentissent. Les réserves en devises diminueront.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.