Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: une lettre du Général Galliéni (2)

(Suite et fin.)

Sous peu un bureau semblable sera constitué à Tamatave, et des instructions rédigées d’après les mêmes principes seront envoyés à tous les Résidents, Commandants de Cercles, autorités civiles et militaires de l’intérieur et de la côte. D’autre part des recommandations sont faites à tous les services intéressés pour que les nombreuses affaires en suspens, telles que concessions de terrain, de mines, exécutions de travaux, etc. soient étudiées et résolues le plus rapidement possible. Bref, l’appui qui sera donné à tous les colons français à Madagascar n’aura pour limites que les règles posées par le Département des Colonies auxquelles j’ai pour devoir de me conformer strictement, et l’observation de la plus rigoureuse impartialité dans l’examen des demandes de chacun.

Dès maintenant, je vous prie de vouloir bien me transmettre les vœux que vous avez à exprimer dans l’intérêt du commerce et de la Colonisation.

J’y donnerai la satisfaction la plus large possible ; mais vous voudrez bien, en me les adressant, tenir compte des difficultés de toutes sortes que j’ai trouvées à mon arrivée à Madagascar.

J’espère, avec l’appui de tous, arriver à les surmonter peu à peu ; mais, en attendant, et pour quelque temps encore, elles m’obligent à borner mes efforts, et devront souvent paralyser ma bonne volonté quand il s’agira de vous fournir le concours que vous me demanderez et auquel, je vous le répète, vous avez droit de la façon la plus complète.

Le Général Commandant Supérieur des Troupes et des Territoires Militaires, faisant fonctions de Résident Général.

Signé : Galliéni.

Il est certes regrettable que cette ligne de conduite n’ait pas été suivie par de nombreux Administrateurs pour lesquels hélas le colon est l’ennemi !

Nous avons de bonnes raisons de croire que M. Schrameck partage les idées de notre premier Gouverneur en ce qui concerne la colonisation.

Il aura un fort courant à remonter, mais grâce à son énergie, il arrivera certainement à vaincre toutes les difficultés de la force d’inertie que l’on ne manquera pas de lui opposer – qu’il ait au moins dans cette tâche l’appui de tous les colons.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

 

Les commentaires sont fermées.