Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: une lettre du Général Galliéni (1)

Nous croyons intéressant de mettre sous les yeux de nos lecteurs la lettre adressée par le Général Gallieni aux membres de la Colonie française dès son arrivée à Madagascar en octobre 1896.

Messieurs,

Mon premier soin, en prenant provisoirement les fonctions de Résident Général à Madagascar, conformément aux ordres de M. le Ministère des Colonies, est de me mettre en relations avec vous.

Je n’ai pas besoin de vous indiquer les sentiments qui m’animent vis-à-vis de nos commerçants et colons.

Dans tous les commandements coloniaux que j’ai eu l’honneur d’exercer, j’ai toujours considéré comme le premier de mes devoirs de fournir mon concours la plus complet à mes compatriotes, estimant que les colonies sont faites pour les colons français, n’ignorant pas les risques auxquels ils s’exposent en s’expatriant et en aventurant au loin leurs personnes et leurs fortunes, et applaudissant de grand cœur à tous les succès qu’ils peuvent obtenir.

J’ai toujours posé en principe cette vérité et je me suis efforcé de la faire admettre par mes subordonnés, à savoir que la réussite d’un colon français exerçait la plus heureuse des influences, la plus essentielle de toutes au point de vue de la colonisation française, car la nouvelle, avec les multiples moyens que nous possédons aujourd’hui, s’en répandait en France et déterminait aussitôt plusieurs de nos compatriotes à venir tenter à leur tour la fortune au loin, en apportant dans ces nouvelles terres françaises le concours de leurs intelligences et de leurs capitaux.

Je compte ici rester fidèle à ce principe qui est d’ailleurs conforme aux instructions que j’ai reçues de M. le Ministre des Colonies et je m’efforcerai par tous les moyens à ma disposition de vous faciliter votre tâche. Déjà, à Tananarive, j’ai créé auprès de moi un bureau commercial, qui sera chargé de centraliser tous les renseignements intéressant les colons à un titre quelconque, de les leur communiquer, de faire faire dans les points encore inexplorés de l’île les études nécessaires à l’extension de la colonisation, d’indiquer aux colons les endroits où ils doivent se rendre, en un mot de les aider partout et toujours dans leurs entreprises de nature diverse auxquelles ils comptent se livrer.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.