Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Industrie extractive: formation sur les normes EITI

Industrie extractive: formation sur les normes EITI

L’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI) Madagascar poursuit la formation des entités déclarantes sur les normes EITI, afin de garantir la transparence et la bonne gouvernance dans ce secteur.

Hier, à Antaninarenina, c’était au tour des chefs d’entreprises en la matière, présentes à Madagascar d’en bénéficier.

La mise en œuvre de la norme EITI exige, effectivement, une publication régulière et ponctuelle des rapports. A rappeler que Madagascar prépare en ce moment le rapport 2018, couvrant les exercices 2015-2016 des industries minières dans le pays.

Déclaration obligatoire

En fait, le rapport repose essentiellement sur la divulgation de plusieurs données relatives au cadre institutionnel, à la politique sectorielle, à la fiscalité, ainsi qu’aux déclarations faites par les entreprises sur l’ensemble de leurs activités.

A ce propos, le chef d’entreprise minière, Lydia Boarilaza a précisé que «  la déclaration est obligatoire pour toute industrie ayant des frais d’administration de plus de 5000 dollars ».

Pourtant, le dernier rapport EITI, couvrant l’exercice fiscal 2013-2014, montre que sur les 65 sociétés exhortées à effectuer une déclaration, seules 35 ont rempli le formulaire envoyé par l’EITI Madagascar.

Selon Daniella Randriafeno, secrétaire exécutif de l’EITI à Madagascar : « Il arrive que des compagnies minières soient encore en activité au moment où nous les avons contactées. D’autres suspendent leurs activités dans le pays. C’est le cas d’Exxon Mobil, ou encore de Total ».

Pour rappel, Madagascar travaille dans la mise en œuvre des normes EITI depuis maintenant dix ans. Le suivi de ses normes est une garantie auprès des investisseurs sur la transparence de la gouvernance minière dans le pays.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.