Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Barreau de Madagascar: Me Olala suspendu pour deux ans

Barreau de Madagascar: Me Olala suspendu pour deux ans

Connu pour sa verve en tant que défenseur des « opprimés », Me Olala, de son vrai nom Willy Razafinjatovo, figure de proue de l’association « Générations 72 » est mis à pied par le Bureau de Madagascar. Sans attendre, il a déjà fait appel de la décision et dénonce une injustice et un règlement de compte personnel.

Le Conseil de discipline de l’Ordre des avocats a prononcée sa décision la semaine dernière. La sentence est tombée : Me Willy Razafinjatovo est suspendu du Barreau de Madagascar pour deux ans. Certes, Me Olala ne s’attendait pas à un tel verdict et crie à l’injuste. Il a aussitôt fait appel.

« D’après moi, il y a une mauvaise foi de la part de l’Ordre des avocats d’une part, et d’un non respect des lois, d’autre part », a indiqué Me Olala, joint au téléphone hier. Tout en pointant du doigt l’incompétence du bureau de l’Ordre, l’avocat explique que « la procédure n’a pas été respectée, notamment le droit à la défense ».

D’après ses dires,  il n’a pas été informé du motif de sa convocation auprès du Conseil de discipline, ce qui est contraire au Code de procédure pénale.

A l’entendre, l’affaire remonte à quelques mois, lorsque les adversaires de ses clients se sont plaints auprès du bureau de l’Ordre, « pour la simple raison que je n’ai pas tenu compte de leur requête », a-t-il fait savoir.

 « L’Ordre des avocats souhaiterait-il me voir corrompu ? Je n’ai jamais été corrompu et je ne le serai jamais », s’est-il défendu.

Décision politique

Cependant, une autre requête a été déposée par le bâtonnier, Me Hubert Raharison, concernant des propos que Me Olala avait tenus dans les médias. « Il s’agit d’une réponse à une conférence de presse que le bâtonnier avait organisée dans le bureau de l’Ordre bien qu’il n’ait pas consulté tous les avocats », a-t-il expliqué.

« Mon intervention n’a pas plu au bâtonnier qui a déposé une plainte pour diffamation contre moi », a-t-il poursuivi. Une situation que le principal concerné juge inacceptable étant donné que le bâtonnier est en même temps juge et partie.

Me Willy Razafinjatovo explique ainsi que le motif de sa convocation en Codis est purement politique dans l’objectif de le réduire « sous silence ». D’ailleurs, la décision a été affichée publiquement, contrairement aux autres prises en Conseil de discipline.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.