Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Marc Ravalomananana: un as du détournement des deniers publics

    Marc Ravalomananana: un as du détournement des deniers publics

    Outre l’expropriation des terrains, le détournement des deniers publics a aussi caractérisé le « système Ravalomanana », entre 2003 et 2009. Une situation à laquelle, il faudrait donc s’attendre si jamais l’ex-président revenait un jour au pouvoir.

    Pour ceux qui l’ont oublié, le  cas de la propriété « Andohatapenaka Domaines » sur la route digue, à travers la société « Alma », est une illustration parfaite de ce détournement des deniers publics. Cette malversation se faisait en trois étapes, à savoir la subvention d’un projet illicite par des fonds publics, l’octroi des marchés publics sans respecter des réglementations en vigueur et enfin, le détournement d’un bien public, au profit d’une société privée.

    Pour plus d’information, Marc Ravalomanana avait d’ailleurs acquis ce terrain qu’il a fait remblayer avec l’argent de la région Analamanga, des deniers publics donc, pour un montant de 3.654.140.000 ariary. Et ce, grâce à Fidy Ratsimbazafy, alors chef de la région, qui a été accusé par la suite d’abus de fonction.

     A titre de rappel, suite à cette affaire louche qui a défrayé la chronique dans le temps, la Justice a condamné Marc Ravalomanana à 5 ans de travaux forcés.

    Utilisation des agents de l’Etat

    Pour l’histoire, à partir de 2008, que ce soit par le biais du ministère de la Décentralisation ou du bureau de la région Analamanga, plusieurs demandes de subvention exceptionnelle, afin de procéder au remblayage de terrains appartenant à l’Etat malgache, ont été faites, à travers un dénommé Benjamin Andrianarivo. Ce dernier faisait office d’ordonnateur secondaire au sein dudit ministère. A cela s’ajoutent également, des passations des marchés publics en foulant aux pieds les règlementations en vigueur.

    Et c’est à partir de juin 2008 que de nombreuses commandes relatives aux  travaux ou achats de matériaux, soi-disant pour le compte du ministère de la Décentralisation, ont été effectuées. Courant août et septembre 2008, des parcelles cadastrales sont même achetées par l’Etat malgache, représenté par Marius Ratolonjanahary. Le coût total des travaux a été débité sur le compte n°45318 de la Région Analamanga. Le processus de paiement est toujours le même : les factures sont d’abord présentées à Benjamin Andrianarivo, qui appose le « bon à payer », alors qu’en principe, ce dernier ne travaille pas au sein de la Région Analamanga. Pour dire qu’il n’a pas la capacité, ni la prérogative de proposer des marchés publics, ni moins de valider l’exécution desdits marchés.

    A partir de juin 2008, la société « Mandimbisoa » a entrepris des travaux de remblayage et de terrassement. Ces travaux ont été réalisés sur des propriétés publiques que privées appartenant aux sociétés Tiko Agri et Alma.

    Fin décembre 2008, tous les travaux ont été suspendus. Et, la somme totale touchée par ladite société s’élève à 2.941.070.868 ariary. En août et septembre 2008, des parcelles cadastrales, composées de rizières et situées en face de la propriété « Andohatapenaka Domaines », sont achetées par l’Etat malgache, représenté alors par Marius Ratolonjanahary, pour 106.400.000 ariary, à raison de 20.000 ariary/m2.

    Fusion d’affaires d’Etat et de société privée

    Ce terrain a été par la suite vendu à la société Alma au motif que ladite propriété est composée de rizières alors qu’en réalité, elle avait été remblayée aux frais de la Région Analamanga. A dire vrai, les dispositions règlementaires ne permettent pas à Benjamin Andrianarivo, alors Ordonnateur secondaire du ministère de la Décentralisation, de s’autosaisir pour procéder à des demandes de subventions exceptionnelles. Ce qu’il a fait cependant.

    Peu après, les sociétés Mandimbisoa et Aremec  ont repris les travaux de remblai d’Andohatapenaka. En effet, bien que les dénominations sociales semblent différentes, il apparaît à la lecture des bons de commande et des bons de livraison que, non seulement ces deux sociétés ont le même siège social, mais également, les commandes faites à l’ordre d’Aremec  sont parfois exécutées par Mandimbisoa. Concernant le remblai d’un autre terrain dit « Fahatsiarovana XX » par l’Etat malgache, Il a été exécuté gratuitement au bénéfice de la société « Tiko Agri ».

    Ceci dit, le détournement de 3.654.140.000 Ariary a été uniquement fait en faveur des sociétés Tiko Agri et Alma et à celles qui ont participé aux travaux. Cette somme a été détournée pour remblayer des rizières et des marais de propriétés appartenant aussi bien à l’Etat malgache qu’à Tiko Agri et Alma. Après que la propriété « Andohatapenaka Domaines » a été jugée apte à supporter de construction, elle a été vendue à un prix dérisoire à Alma.

    Ces détournements de deniers publics et actes de favoritisme avaient alors motivé l’Etat à demander à ce que les personnes incriminées soient déclarées coupables des infractions à elles reprochées et au paiement de dommages-intérêts.

    Dans la foulée, l’achat du fameux Boeing « Force One II » lui a également valu une condamnation à 4 ans d’emprisonnement ferme pour avoir fait acheter ce Lear Jet pour un montant exorbitant de 60 millions de dollars. C’est l’ancien ministre des Finances, Haja Razafinjato qui a réalisé son acquisition. Mais peu de temps après, ce dernier s’est évaporé dans la nature, avec des enveloppes décaissées au port de Toamasina et au sein des assurances Aro.

    Rakoto

     

    Les commentaires sont fermées.