Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Achat de viande: «Juste pour le goût», selon un boucher d’Anosibe

Achat de viande: «Juste pour le goût», selon un boucher d’Anosibe

Face au prix actuel de la viande qui n’est plus à la portée de toutes les bourses, la majorité des consommateurs n’en achètent plus qu’en petite quantité. « Juste pour donner du goût au mets» a témoigné Lova Rasolofo, un boucher du côté d’Anosibe Tsena. Interview.

* Les Nouvelles : Quand avez-vous commencé le métier de boucher ?

– Lova Rasolofo : J’ai commencé en 1994 par la vente de viande de porc. Et, le kilo était de 2.400 ariary au détail. C’était la belle époque…

*Pourquoi dites-vous cela ?

– Au début, je réussissais à vendre un porc en entier la plupart du temps, dans les 60 à 100 kg par jour, surtout les weekends. Les clients n’achetaient que par kilo ou demi-kilo. Rares étaient ceux qui s’en procuraient par quart de kilo, tels les ménages en difficulté.

*Qu’en est-il actuellement ?

– Après vingt ans de métier, c’est la première fois depuis quelques années que mes clients n’achètent que par dizaine de grammes. L’équivalent d’un montant de 1.000 à 1.500 ariary, le kilo étant à 12.000 ariary actuellement. «C’est juste pour le goût», selon leurs dires.

*Et cela a un impact sur la vente…

-C’est le cas de le dire. A force de morceler la viande, j’enregistre des pertes étant donné que je peine actuellement à écouler plus de 30 kg par jour, le quart d’un porc. En 24 ans, le kilo de la viande de porc a connu une hausse de 9.600 ariary, soit à peu près 500 ariary par an.

* Depuis que vous êtes dans le métier, à quand remonte la hausse importante ?

– En 2008 et depuis le prix n’a cessé de grimper. A cette époque, le kilo est monté brusquement jusqu’à 8.000 ariary, contre 6.000 ariary l’année précédente.

*Est-ce que cette hausse continuera encore d’ici les fêtes de fin d’année selon vous ?

– Non, je ne crois pas avec l’effritement du pouvoir d’achat des ménages actuellement. Toutefois, il est toujours d’usage qu’en cette période, des hausses sont enregistrées sans qu’on sache exactement la raison. Personnellement, je ne souhaite pas en arriver là.

Propos recueillis par Sera R.

 

 

Les commentaires sont fermées.