Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Reforme de la sécurité: les femmes faiblement représentées

Reforme de la sécurité: les femmes faiblement représentées

Le taux de représentation de la gent féminine au sein des Forces armées et de service de sécurité ne dépasse même pas les 5% à Madagascar.

Or, d’après Violette Kakyomia, lors d’un atelier de restitution des travaux sur l’appui à la réforme du secteur de la sécurité à Madagascar (Arssam) hier, à l’hôtel Carlton : «les analyses et les études démontrent aujourd’hui une grande valeur ajoutée d’avoir des femmes représentées d’une manière équitable au sein des Forces de défense et de sécurité (FDS)… des atouts pour le développement».

Cet événement entre également dans le cadre des 16 jours d’activisme pour la dynamisation des actions, visant à mettre fin à la violence à l’égard des femmes.

Depuis 2014, avec l’appui des Nations unies, Madagascar a mené avec succès une série de réflexions afin d’entamer les réformes prévues, celles de constituer des Forces de défense et de sécurité (FDS) plus efficaces, à l’écoute des aspirations de la population.

 «Comme plus de la moitié de la population malgache est composée de femmes, le contrat social et la cohésion d’ensemble ne seront parfaits que si on ne prend pas en compte les aspirations et les attentes de la moitié de la population», a cependant  souligné Violette Kakyomia.

Projet Arssam

Le projet «Appui à la réforme du secteur de la sécurité à Madagascar» (Arssam), mis en œuvre avec le soutien du Pnud et financé par le Fonds pour la consolidation de la paix, renforce davantage l’intégration et la contribution des femmes dans la paix et la sécurité.

Plusieurs points sont à noter : les engagements internationaux pris par Madagascar, la prise en charge des femmes victimes des violences sexuelles ou autre et leur recrutement au sein de la grande famille des Forces de sécurité.

La Primature, les FDS et leur ministère de tutelle, le ministère de la Population, celui de la Justice, le Bianco et les organisations civiles ont, entre autres, participé à cette restitution, ainsi que les partenaires d’appui, dont le Pnud et le Fonds des Nations unies pour la consolidation de la paix.

Sera R.

Les commentaires sont fermées.