Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: tribune libre (1)

Nous recevons de Vatomandry, avec prière de l’insérer, une protestation adressée à M. le Gouverneur Général par un groupe d’honorables colons de cette province.

Monsieur le Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, Tananarive

Monsieur le Gouverneur Général,

À l’heure de cette victoire éclatante dont nous n’avons jamais pu douter mais dont l’attente dans notre isolement nous fut parfois si pénible et si angoissée, nous, colons de la brousse, avions pensé combien désirable et opportune serait une réunion, une fête groupant dans un commun élan, dans une commune réjouissance les Français, leurs alliés et la population indigène.

Avec confiance, nous attendions, persuadés que l’Administration locale saurait prendre l’initiative de cette réunion au moment opportun. Aussi combien avons-nous été péniblement déçus d’apprendre que la population indigène s’était rendue ces jours derniers à Vatomandry, conviée par l’administration à une fête de la Victoire, de laquelle nous colons n’avions même pas été avisés.

Que la population indigène ait été immédiatement prévenue de la victoire de la France, qu’elle ait été immédiatement conviée à la fêter, nous ne saurions qu’y applaudir.

Mais nous colons qui, repliés sur nous-mêmes, forcés de dissimuler nos anxiétés aux Malgaches dont nous sentions les yeux fixés sur nous, nous qui n’avons pu vivre pendant ces longues heures que soutenus par l’espoir de ce moment triomphal. Nous qui avons toujours su répondre chaque fois que l’Administration a bien voulu nous convier à quelque souscription, à quelque fête des œuvres de guerre. Pourquoi nous ignorer ???

En dehors de ce que nous pouvons personnellement ressentir de nous voir ainsi tenus à l’écart, nous ne saurions nous empêcher de penser à l’effet que cela a dû produire sur les indigènes au milieu desquels nous vivons.

Ces Malgaches ont-ils pensé que les colons de la brousse ou certains d’entre eux étaient jugés par l’Administration comme indignes de participer à cette fête de la Victoire, à laquelle eux étaient conviés ?

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

 

Les commentaires sont fermées.