Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique: petitesses et grandeurs d’âme

Des résultats proclamés par la Haute Cour Constitutionnelle tous les candidats sont-ils satisfaits ? Grognements dans les rangs. Que ceux qui ont à y redire lèvent la main. Silence. Est-ce à dire une quelconque lâcheté de ceux qui sans y trouver leurs comptes se taisent ? Au contraire, l’acceptation silencieuse des chiffres arrêtés par la HCC malgré la différence avec ceux qu’ils avaient récoltés, témoigne d’une volonté à respecter les règles. De telles réactions n’accordent pas pour autant une bonne note à la HCC et surtout ne signent pas un blanc-seing pour une récidive. Au second tour les contestations risquent de se manifester de façon plus claire et de manière moins respectueuse, pour ne pas le dire autrement.

Il n’est pas question de réviser un tant soit peu la liste électorale malgré la grossièreté des erreurs  apparue flagrante à l’expérience du premier tour, ça légitimerait les récriminations émises par les «éliminés», y procéder nécessiterait un report que l’on a refusé aux mêmes devant, de plus une correction créerait une inégalité des conditions pour le déroulement des deux tours, on procéderait non plus à un deuxième tour mais à une autre élection. Les circonstances condamnent donc à poursuivre avec les mêmes tares : tort à la sagesse d’avoir enseigné : «l’erreur est humaine, persévérer est diabolique».

Les deux candidats qualifiés pour participer au deuxième tour acceptent en connaissance de cause les imperfections qui entachent la liste électorale, aucun des deux ne reconnaissant toutefois devoir tirer profit des machinations qui ont conduit à pareil état scandaleux. A l’inverse l’un et l’autre ne manifestent aucune inclination à avaler les couleuvres que produiraient des tripotages sur les résultats. Danger !!! Sans nécessité de mettre en doute la bonne foi de l’un ou de l’autre, naturellement le battu pencherait à remettre en question voire à contester avec force (violence ?) le verdict. Seule une autorité respectable reconnue à la HCC garentirait foi et force à ses décisions. Actuellement le doute plane malgré la récente volonté exprimée de trancher sans considération des pressions, sans accorder faveur à quiconque. Même si l’initiative a paru servir de procédé pour s’amender (implicitement), un lourd passé (passif) laisse encore une empreinte. Courage, persévérance !

Léo Raz

 

 

Les commentaires sont fermées.