Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tour de vis

Tour de vis

Au vu des pourcentages définitifs obtenus par chaque candidat au premier tour de la présidentielle, autant dire que les électeurs ont vraiment donné un véritable tour de vis à cette élection. A part le pasteur Maihol  qui certes dans ses riches prédictions, ne s’attendait pas à faire un flop en n’obtenant qu’un pour cent et quelques – les Malgaches ne semblent pas encore prêts à élire un président prophète – les 32 autres ont tous eu droit à zéro virgule et… Mais une chose est sûre, beaucoup d’entre eux vont encore tenter leur chance la prochaine fois.

A vrai dire, la population a vu juste et nul besoin d’un sondage avéré pour prédire que cette pléthore de candidats récoltera des miettes le moment venu. Les voix du peuple sont impénétrables. Et, il n’y pas de quoi en faire tout un fromage et ce, même si la majorité pour ne pas dire la totalité de leurs requêtes est jugée irrecevable.

Hery Rajaonarimampianina se trouve à la 3e place (8,82%). Petit à petit, le HVM commence à faire de l’ombre aux palais et au sein de chaque institution. Ce score indigne d’un président sortant, un mauvais tour au sens propre du terme, tout le monde l’a également prédit. Au quart de tour, Madagascar avance vers une alternance démocratique.

Au moment où les juges constitutionnels ont annoncé les pourcentages obtenus par le candidat numéro 13, tout le monde a retenu son souffle et beaucoup a cru, notamment ses partisans qu’Andry Rajoelina allait remporter dès le premier tour la présidentielle. Mais, après l’annonce, tous ont exprimé leur insatisfaction. Andry Rajoelina termine premier et caracole en tête devant Marc Ravalomanana. Va pour le second tour.

Et cette fois, malgré le pronostic hâtif annonçant déjà un candidat gagnant au deuxième tour, en la personne de Marc Ravalomanana, rien n’est encore joué. Ne faut pas crier victoire avant la guerre. Car à ce stade, les miettes ramassées par les petits candidats auront tout leur poids. Ce dernier tour de vis présidentiel entre les mains des citoyens reste avant tout imprévisible.

JR.

 

Les commentaires sont fermées.