Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Période électorale: prolifération des exploitations illicites des ressources

Période électorale: prolifération des exploitations illicites des ressources

L’Alliance Voahary Gasy (AVG) craint une accélération de la dégradation de l’environnement en cette période électorale. D’après cette plateforme de la Société civile, des opérateurs profitent de la situation actuelle pour développer des activités illégales, relatives à l’exploitation illicite des ressources naturelles. En fait, les autorités étatiques se concentrent en ce moment sur le bon déroulement du processus électoral.

 L’AVG tire la sonnette d’alarme sur la prolifération des exploitations illicites dans certaines régions actuellement.

« Accaparement de terres. Les exploitations illicites des ressources naturelles ne sont pas inquiétées par les autorités sur place, censées maîtriser ce qui se passe dans leur région », a-t-elle annoncé dans un communiqué publié hier.

Abus

Le défrichement des forêts pour la production de charbon de bois illégale à Tsaramandroso, près du parc national d’Ankarafantsika (Boeny), pour la culture de maïs et d’arachide et l’exploitation de bois précieux dans l’aire protégée de Menabe Antimena et l’Allée des baobabs à Morondava, avec un rythme de 50 hectares de surfaces boisées détruites par jour.

A noter également des feux provoqués dans le parc national Ranomafana  (Ambatovaky, Sahavondronina) laissant ainsi libre cours à l’exploitation des bois précieux de ce parc national et d’en faire du charbon pour approvisionner diverses régions de Madagascar.  L’AVG note aussi la poursuite de l’exploitation du saphir à Beampy (Didy), dans la zone protégée du Corridor Ankeniheny-Zahamena (CAZ) à Ambatondrazaka; l’exploitation de pierres précieuses de manière illicite dans la forêt de Maromizaha (Andasibe).

Sous cette optique, l’AVG interpelle également l’autorité étatique et les membres du secteur privé à mettre fin à ce phénomène.

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.