Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: la législation foncière à Madagascar (1)

Prévoyant la fin prochaine de l’horrible guerre qui a désolé l’Europe, la presse – surtout coloniale –  se préoccupe de questions qui d’ores et déjà imposent aux pouvoirs publics l’obligation de leur trouver une solution. Le Courrier Colonial ouvre le feu par un article : « Compensations Coloniales ».

Il fait ressortir avec juste raison que, parmi les victimes de cette guerre atroce, les plus dignes d’intérêt se trouvent les agriculteurs des régions envahies. Comment leur rendre leur domaine et leur maison ? Les cadastres de leurs communes n’existent plus ; et réussirait-on à reconstituer les limites de leurs propriétés qu’ils ne retrouveraient que des terres défoncées, bouleversées par la mitraille, les tranchées, les boyaux, les abris souterrains, les ossuaires, etc., c’est-à-dire des terres sans valeur, parce que pour les remettre en état de produire, il faudrait dépenser beaucoup plus que ce qu’elles pourraient valoir. Par suite ces infortunés ont droit à une indemnité.

Mais serait-il possible de les indemniser en espèces ? Le trésor public est trop obéré pour qu’on puisse y songer. Force sera donc de les indemniser en nature, et le collaborateur du Courrier Colonial indique que les riches terres des colonies sont là pour servir à ces indemnités. C’est ce qu’il appelle « Compensations Coloniales ». Sans être neuve, l’idée est juste, le tout est d’en rendre l’exécution possible.

Notre colonie de Madagascar, par exemple, présente, notamment sur les Hauts-Plateaux, et sous un climat tempéré, des terres riches où le cultivateur pourrait trouver, « avec une maison neuve et claire, un champ plus vaste et plus fertile, sous un ciel français où les siens pourraient vivre mieux, moyennant un effort moindre que celui qu’il lui faudrait pour féconder le sol dans son pays dévasté. »

Mais bien des choses s’opposent à la réalisation de ce beau projet. Avant tout et surtout la législation qui, à Madagascar, régit la propriété foncière.

 

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

 

Les commentaires sont fermées.