Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Désinformation: la Primature exprime sa désapprobation

Démenti. La Primature tient à mettre les points sur les i par rapport aux prétendues implications du Chef du gouvernement, Christian Ntsay dans certains dossiers chauds ces derniers temps.

«Il est déplorable de constater que les rumeurs, mensonges et autres calomnies soient érigés en principe dans les contextes actuels des élections, à cet effet, le Premier ministre invite tous les citoyens sans exception à faire preuve de discernement et à ne pas se laisser déstabiliser par les flots d’informations sans fondement qu’on leur verse presque quotidiennement, notamment sur les réseaux sociaux et certains médias», rapporte le communiqué de la Direction de communication .

En effet, à travers cette missive, la Primature entend désavouer «les spéculations infondées» et «fausses nouvelles» propagées sur les réseaux sociaux et certains médias relatives aux prétendus décisions et actes entrepris par le Premier ministre. Selon Mahazoarivo, il s’agit d’une initiative malsaine visant à fragiliser le Premier ministre aux yeux de l’opinion publique compte tenu de divers enjeux du processus électoral actuel.

«Le Premier ministre n’a pas organisé la mise en place d’une cellule de crise, l’arrestation de journalistes ou d’autres personnalités, la couverture d’actes illégaux ou de transactions illicites, ou encore le blocage qui serait à l’origine des problèmes d’insalubrité dans la capitale», ajoute le communiqué, tout en soutenant que le Premier ministre ne peut que condamner ces campagnes de désinformation, absolument contraires à son éducation, à son éthique et au sens de la responsabilité dont il a toujours fait preuve dans ses fonctions.

Et de poursuivre, «De par sa mission à la tête du gouvernement, le Premier ministre a aujourd’hui des objectifs clairs selon les engagements qu’il a pris pour que le pays puisse sortir de la situation de crise dans laquelle il est plongé, par les élections, dont la stabilité économique, la recherche des équilibres sociaux, la promotion de la paix et de la sécurité, ainsi que la restauration de la bonne gouvernance».

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.