Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

«Des racinces et des ailes»: Yasmine F. «Je peins ce que je suis et je suis ce que je peins»

«Des racinces et des ailes»: Yasmine F. «Je peins ce que je suis et je suis ce que je peins»

Yasmine Fidimalala s’illustre à travers «Des racines et des ailes», une exposition atypique à découvrir sur les murs du Tamboho Boutik Hôtel Ambodivona, du 30 novembre au 20 janvier 2019.

Fort de ses 27 toiles de dimensions différentes, «Fakamidina mananelatra» se distingue par son ampleur comme par sa polysémie.

«Cela peut être lié à nos manières d’éduquer nos enfants. Donner à nos enfants des ailes pour s’envoler et des racines pour revenir, c’est aussi en quelques sorte développer leur autonomie, leur apprendre à être indépendants tout en sachant d’où ils viennent», a argumenté l’artiste peintre, qui attribue également ce concept à la place d’une mère et plus précisément d’une artiste femme, qui est «souvent confrontée à des idées reçues parfois de la misogynie».

Une toile, une énigme

Yasmine propose une énigme et symbole sur chaque toile, avec une envie de faire renaître la valeur culturelle malgache à sa propre manière. Comme thèmes de prédilection, elle puise son inspiration dans les zébus, la femme et les portraits d’enfant. A cela s’ajoutent également des scènes de «Savika» ou encore de combat de coq, qui nous rappellent constamment que la vie est un sport de combat.  «Le zébu Volavita est pour moi le symbole du courage de la femme. Il faut rappeler que Madagascar est avant tout un pays matriarcal d’où le mot firenena. Pour ainsi dire que je peins ce que je suis et je suis  ce que je peins», a-t-elle analysé en présentant son œuvre fétiche.

Yasmine Fidimalala partage cette passion immuable pour la peinture depuis 20 ans à travers une série d’expositions  toutes aussi impressionnantes les unes que les autres. Elle transmet également sa fibre artistique par le biais de cours d’art qu’elle donne notamment auprès d’associations qui œuvrent dans les droits de l’enfant.

Joachin Michaël

Les commentaires sont fermées.