Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Rencontre avec les sénateurs: le PM défend le processus électoral

Rencontre avec les sénateurs: le PM défend le processus électoral

Les sénateurs ont interpellé le gouvernement, hier, sur les anomalies durant le scrutin du 7 novembre dernier. Malgré les critiques, le Premier ministre Christian Ntsay a tenu à défendre le processus, en y ajoutant quelques propositions d’amélioration.

Entre les irrégularités et les constats des sénateurs sur les élections, le Premier ministre Christian Ntsay ne s’est pas écarté de sa mission principale, celle d’organiser les élections. La séance d’interpellation des sénateurs d’hier à Anosy a été l’occasion pour le chef du gouvernement d’effectuer quelques précisions sur la présidentielle du 7 novembre dernier.

Entre les irrégularités constatées sur la liste électorale et les bulletins uniques, en passant par la neutralité du gouvernement, Christian Ntsay a tenu à défendre le processus électoral. «Nous n’allons pas tergiverser sur les responsabilités du gouvernement dans ce processus, mais nous devrions plutôt voir comment pourrait-on l’améliorer pour défendre le choix du peuple», a-t-il déclaré face aux sénateurs. Une chose est sûre, «le gouvernement a tout mis en œuvre pour préserver sa neutralité tout au long du processus», a-t-il soutenu. Le chef du gouvernement a ainsi expliqué que, «bien qu’il s’agisse d’un gouvernement de consensus composé de différents partis politiques, plusieurs recommandations ont été émises pour que ces derniers ne puissent pas être impliqués». «Toutes les actions ont été entreprises dans le but d’instaurer la paix», a-t-défendu.

Recommandations

Le Premier ministre a tenu à émettre quelques recommandations pour les prochaines élections notamment l’anticipation d’un second tour. «Il sera important de revoir la sensibilisation des électeurs sur l’utilisation du bulletin unique ou encore le renforcement de la communication de l’organe électoral (Ceni), pour garantir le choix réel du peuple», a-t-il noté tout en se tournant vers la Ceni.

En ce qui concerne les irrégularités de la liste électorale, Christian Ntsay précise que le gouvernement ne pourra que se référer aux textes qui stipulent que la révision est prévue entre le 1er décembre et le 15 mai. «Je suis d’avis que les textes sur les élections sont une responsabilité partagée, mais pour l’heure, nous ne pouvons que les respecter», a-t-il fait savoir.

Outre les interpellations sur la liste électorale et les bulletins uniques, les sénateurs ont également émis quelques craintes sur les résultats des élections. «Nous espérons que le choix de la majorité ressorte réellement des résultats, dans le but de maintenir l’apaisement dans le pays», a indiqué le sénateur René Lylison. Ce dernier a d’ailleurs demandé la suppression du logiciel de la Ceni en cas de deuxième tour de la présidentielle.

«Je voudrais souligner que les résultats officiels devraient refléter le choix de la majorité, et nous espérons que les institutions chargées de cela sauront travailler comme il faut», a rassuré Christian Ntsay, en faisant référence aux traitements des contentieux électoraux.

Tahina Navalona

 

Les commentaires sont fermées.