Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: les colons de Madagascar se déclarent satisfaits (4)

(Suite et fin.)

De l’avis de tous, la Colonie a besoin d’un véritable gouverneur énergique et clairvoyant : M. Picquié fut un brave homme ; M. Garbit continua, malgré les avis des colons, la politique néfaste d’Augagneur à l’égard des indigènes, exaltant leurs droits sans insister sur leurs devoirs ; M. Merlin, intérimaire, n’aura fait que passer sans laisser son empreinte…

L’impression excellente, produite dès son arrivée par M. Schrameck, n’a fait que s’accentuer. Il a l’air de s’orienter vers la politique du grand administrateur que fut le général Gallieni. Tout le monde s’en félicitera à Madagascar.

Un Galliéniste.

Le recrutement indigène dans la Grande Île

Le Journal officiel de Madagascar a promulgué le décret en date du 3 août dernier, relatif au recrutement des indigènes de la colonie pendant la durée de la guerre ; il a publié en même temps un extrait du câblogramme du ministre des Colonies, en date du 17 août, et fixant à 4 000 hommes le contingent que doit fournir la Grande Île pendant l’année 1918 ; l’âge des appelés est fixé entre 18 et 35 ans. Enfin, le Journal officiel a publié également un arrêté de M. Schrameck, le nouveau gouverneur général, aux termes duquel les appels seront faits dans l’ordre suivant :

Les célibataires ; les mariés sans enfants ; les mariés, pères de un ou de deuxenfants ; les mariés, pères de trois à cinq enfants ; les mariés, pères de plus de cinq enfants ou les veufs, pères de quatre enfants ; enfin, les indigènes dont le frère sera mort sous les drapeaux, des suites de blessures, ou de maladies contractées dans le service.

Dans chacune des catégories énumérées, l’appel doit commencer par les jeunes, ce qui est équitable et logique.

Mais ce décret sera-t-il appliqué ?

Le Courrier colonial

Mort au champ d’honneur

On annonce la mort du lieutenant Bérard, ancien avocat à Tamatave, survenue à l’hôpital de Versailles des suites d’une blessure.

À sa famille nos sincères condoléances.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

 

Les commentaires sont fermées.