Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Aires protégées: besoin de 21 millions de dollars par an

    Aires protégées: besoin de 21 millions de dollars par an

    Madagascar compte actuellement 123 aires protégées réparties sur 7 millions d’hectares. Leur conservation  nécessite 21 millions de dollars par an, selon la Fondation pour les aires protégées et la biodiversité de Madagascar (FAPBM) qui gère 31 d’entre ces aires protégées. En effet, la fondation révèle que le financement nécessaire à la conservation d’une aire protégée est d’au moins trois dollars par hectare par an.

    A titre de contribution financière, la FAPBM ne peut mobiliser que trois millions de dollars par an pour assurer la conservation pérenne de cette trentaine d’aires protégées, dans l’objectif d’atteindre le tiers du financement nécessaire en 2021, soit 7 millions de dollars, et en même temps, de s’occuper de la totalité des aires protégées recensées à Madagascar. Outre l’appui des contributeurs habituels de la fondation (Etat, WWF, CI), elle appelle à la mobilisation du grand public et du secteur privé pour parvenir à cet objectif.

    A noter, toutefois, que la contribution n’est pas forcément financière. Les aides peuvent effectivement se faire par des dotations en matériels, un parrainage pour les parcelles d’une aire protégée, des actions de reforestation, des idées ou du volontariat pour le développement des activités génératrices de revenus des communautés voisines des aires protégées…

    En effet, les enjeux de la conservation des aires protégées sont plus que vitaux mais restent méconnus ou négligés par la population. C’est ce qui justifierait, entre autres, l’accélération de la déforestation à Madagascar où 510.000 ha de forêts ont été détruits l’année dernière, selon les données fournies par Global Forest Watch. Soit l’un des taux de déforestation les plus élevés au monde.

     

    Arh.

     

     

    Les commentaires sont fermées.